Ep. 85 Pourquoi et comment créer son écosystème de marque

C’est quoi un écosystème de marque? À quoi ça sert et surtout, comment on peut le capitaliser?

En quelques mots, un écosystème de marque c’est notre réseau d’actifs de marque, qui, mis ensemble, créent notre capital de notoriété.

Par exemple, si l’on pense à un exemple comme Coca-Cola, leur écosystème de marque peut comprendre leur identité visuelle, histoire de marque, culture d’entreprise, réseau de partenaires et de distributeurs, choix de commandites, publicités, initiatives, etc.

Lorsque l’on est un individu qui travaille sur notre marque personnelle, se créer un écosystème de marque cohérent et complet nous permet de nous faire voir, connaître et reconnaître grâce à un univers qui nous représente et qui met de la chair autour de nos messages, de nos offres et de nos ambitions.

Et quand je parle de mettre de la « chair », c’est en ce qui concerne notre présence publique, qu’elle soit en ligne ou hors ligne.

Dans l’épisode d’aujourd’hui, je rentre un peu plus dans le théorique pour parler de cette notion d’écosystème de marque et de son lien avec nos stratégies de notoriétés.

J’y donne des exemples de marque qui ont créé des écosystèmes lucratifs et puissants et je présente les trois outils stratégiques que l’on a à notre disposition pour asseoir notre impact et notre crédibilité.

Je te partage aussi quelques ressources pour continuer ta réflexion et, éventuellement, commencer à construire des actifs de marque qui travaillent pour toi, en trame de fond, pendant que tu t’occupes à servir tes clients, vivre ta vie et idéaliser tes prochains projets de grandeur. 🤩

Mentionné dans cet épisode :

Ne manque aucun épisode de L’Ambition au Féminin!
Inscris-toi pour recevoir un rappel par courriel tous les lundis.

    Transcription de l’épisode 85

    Ep. 85 Ecosysteme de marque – Pourquoi et comment en creer des actifs qui travaillent pour toi.mp3 – powered by Happy Scribe

    Mon approche fondamentale autour de la marque, autour du personal branding et même du storytelling, résidait dans cette espèce de création d’actifs de marque. Et c’est là que j’ai vu à quel point les connexions se faisaient entre c’est quoi exactement un actif de marque, et pourquoi est-ce que la marque, selon moi, son rôle principal, ce n’est pas la conversion, ce n’est pas la visibilité, nécessairement. Le rôle de la marque, c’est un rôle de notoriété. Et c’est à travers cette notoriété que la marque travaille à travers le temps. Parce qu’une marque s’inscrit nécessairement dans une durée, dans une vie. Et je pense que c’est important de le voir comme ça pour vraiment comprendre comment est-ce que l’écosystème de marque se crée dans le temps pour supporter, justement, l’impact qu’une marque, qu’un message qu’une personne va pouvoir avoir à travers son développement professionnel.

    Vous écoutez l’ambition au féminin, épisode 85. Mon nom est Tatiana St-Louis, et j’anime l’ambition au féminin, un podcast pour toutes les femmes pleines de vision, de talent et de drive qui désirent redéfinir le succès selon leurs termes et leurs conditions. Chaque semaine, j’explore seule ou en présence d’invitées, les thèmes entourant la réussite professionnelle et personnelle: mindset, productivité, leadership, branding personnel. C’est le rendez-vous pour réfléchir à la façon dont tu veux vivre ton plein potentiel et laisser ton empreinte dans le monde.

    Salut les ambitieuses, comment vous allez aujourd’hui? J’espère que vous passez un bel été jusqu’à date. On vient juste de passer le solstice. Les beaux jours sont bien installés. On part pour quelques jours de vacances, comme vous le savez peut-être si vous suivez l’ambition au féminin. À chaque fin de trimestre, c’est une occasion pour moi de prendre le temps de m’arrêter. C’est quelque chose que je fais depuis le début de l’année pour vraiment m’assurer que mes vacances sont planifiées avant de rentrer n’importe quoi dans mon calendrier, et nous y voici. C’est aussi l’occasion pour moi, à la mi-année, de faire le bilan et de voir où j’en suis avec mes objectifs trimestriels, où j’en suis avec mes objectifs annuels. Est-ce qu’il y a des choses à ajouter, est-ce qu’il y a des leçons à assimiler et est-ce que je suis sur la bonne voie?

    Parlant de voie, aujourd’hui, je veux vous parler d’un sujet qui est très intimement lié à ma nouvelle offre de services qui s’appelle Money Brand. Et c’est au sujet, justement, de l’écosystème de marque. Parce que bon, encore une fois, si vous suivez les épisodes dans les derniers temps, vous savez que dans quelques semaines, je lance officiellement la nouvelle offre de services d’Aime ta Marque qui, vraiment, est focussée, positionnée autour de tout ce qui tient à la notoriété de marque, à notre notoriété d’expertes, et à comment est-ce qu’on peut bâtir une marque qui va durer dans le temps d’une façon organique. C’est-à-dire qu’elle va vivre par elle-même, mais aussi qui va nous supporter dans la façon dont on veut vivre notre entreprise, les ambitions qu’on se donne pour nous-mêmes. Et c’est pourquoi, selon moi, il n’existe pas une seule stratégie pour réussir sur le Web, pour réussir point, et que chaque stratégie doit être réfléchie selon des contextes, selon des circonstances très très très personnelles. C’est pourquoi j’ai choisi de vous parler de comment créer son écosystème de marque, qui est aussi, by the way, l’atelier que je vais donner au festival Web de création de contenu, organisé du 5 au 9 juillet 2021, si vous écoutez ça en rediffusion. Et je voulais donc vous inviter cordialement à venir assister à cet atelier gratuit, festivalweb.cc si vous n’êtes pas inscrites. Sinon, c’est moi qui vais animer l’atelier de mercredi. Et dedans, bien je vais vous aider, justement, à créer un écosystème de marque qui va supporter votre lifestyle et qui va vraiment vous enlever, je l’espère, la culpabilité de la publication ou de la création de contenu. Surtout si vous considérez que vous avez peut-être l’impression un peu de lancer des spaghettis au mur à cette étape-ci de votre création de contenu, et si vous avez besoin d’avoir un œil un peu plus stratégique sur le temps, sur les ressources que vous investissez dans cette création de contenu là.

    Alors, un peu comme à titre d’introduction, à titre d’amuse-bouche, je voulais créer cet épisode de podcast pour qu’on rentre vraiment dans plus les définitions de ce que c’est un écosystème de marque, à quoi ça sert, pourquoi est-ce qu’on parle d’écosystème de marque et pas simplement de marque, qu’est-ce que c’est la différence avec un brand, un personal brand, des choses comme ça. Je veux aussi vous parler de pourquoi l’écosystème de marque est la base de notre notoriété et les outils qu’on a à notre disposition pour créer et maintenir notre écosystème de marque. Et là, quand je parle d’outils, je vais vraiment plus parler de piliers stratégiques, parce que naturellement, bon, si on rentre plus dans les outils de gestion, c’est complètement un autre sujet. Je vais voir si je m’aventure là-dedans, mais on verra avec le temps. Je pense qu’on va se limiter à parler des piliers stratégiques.

    Alors, en travaillant, justement, sur Money Brand, j’ai beaucoup réfléchi à travers le coaching que j’ai donné par le passé, aux clients que j’ai servis, à mon programme Positionnement Authentique, mais aussi à tous les autres projets que j’avais faits en amont et qui ont créé ce qui est devenu aujourd’hui Aime ta Marque. Puis là, je pense à les formations sur Linkedin, les formations sur le référencement, sur l’écriture Web, sur lancer un blogue, sur se faire voir sur Pinterest, etc. Et en mettant tout ça en commun, j’ai réalisé que dans le fond, mon approche fondamentale autour de la marque, autour du personal branding et même du storytelling, résidait dans cette espèce de création d’actifs de marque. Et c’est là que j’ai vu à quel point les connexions se faisaient entre, c’est quoi exactement un actif de marque, et pourquoi est-ce que la marque, selon moi, son rôle principal, ce n’est pas la conversion, ce n’est pas la visibilité nécessairement. Le rôle de la marque, c’est un rôle de notoriété et c’est à travers cette notoriété que la marque travaille à travers le temps. Parce qu’une marque s’inscrit nécessairement dans une durée, dans une vie. Et je pense que c’est important de le voir comme ça pour vraiment comprendre comment est-ce que l’écosystème de marque se crée dans le temps pour supporter, justement, l’impact qu’une marque, qu’un message, qu’une personne va pouvoir avoir à travers son développement professionnel.

    Alors, un écosystème de marque, je le définis tout simplement comme un réseau d’actifs de marque qui, mis ensemble, créent notre capital de notoriété. Moi, j’aime beaucoup le voir comme, vous savez, on n’a aucune problématique à réfléchir à notre capital financier de façon diversifiée. C’est-à-dire que, au fur et à mesure qu’on évolue dans la vie, on accumule des actifs. Comme par exemple, on va acheter une maison, on va avoir un emploi, on va avoir un fonds de pension, on va peut-être investir à la bourse, on va mettre de l’argent dans un RÉER, on va acheter des fonds d’études. Et on va aussi investir dans des choses qui sont peut-être un peu moins tangibles, comme par exemple des rénovations chez nous. Le fait d’habiter dans un certain quartier qui est peut-être plus propice à résister à certaines crises économiques, peu importe. Alors quand on crée ce capital financier là, on repose sur divers instruments qui nous aident à ensuite solidifier ce capital-là, qui deviennent nos actifs, qui devient un peu, si on voudrait utiliser la même terminologie, notre écosystème financier. Et pour une marque, si on considère qu’à la place d’argent, on parle ici de notoriété, c’est un peu le même principe, à ce sens que, au fur et à mesure que la marque évolue, elle va accumuler certains actifs, comme par exemple un logo, une identité visuelle, un site Web, des réseaux sociaux, des communautés cur ses réseaux sociaux là, une bibliothèque de contenu, des partenariats avec des personnes, des évènements qu’elle a créés, des apparitions dans des médias ou sur certains autres podcasts. Et tous ces points de contacts-là deviennent, justement, des actifs de marque. Parce que si je pense à, par exemple, une entrevue que j’aurais faite sur un podcast populaire par le passé, cet actif-là non seulement a été possible parce que peut-être j’avais d’autres actifs qui étaient en place et qui m’ont permis de me démarquer auprès de ces gens-là en particulier, qui m’ont invitée sur leur podcast. Ou bien j’ai convaincu de me faire inviter comme conférencière dans un grand événement, et ils vont avoir fait une vidéo sur moi. Et puis, éventuellement, au fur et à mesure que les années passent, les gens vont pouvoir continuer à consommer ce contenu-là, continuer à être en contact avec mon nom, avec ma marque, avec mon message, sans que moi, j’aie à faire quoi que ce soit de mon côté. Donc, cet investissement-là ou cet actif que j’ai acquis au fur et à mesure, au fil du temps, va ensuite me servir pour ma legacy. Je ne sais pas comment on dit ça en anglais, mon legs, mon impact futur. Bref, qu’est ce que je laisse derrière moi. Et c’est vraiment comme ça que je vous encourage à réfléchir à votre marque, qui n’est pas simplement, est-ce que j’ai un site Web, un logo puis est-ce que je suis capable de faire de l’argent là, aujourd’hui, maintenant. C’est vraiment quelque chose qui s’inscrit dans le temps et qui a comme objectifs la durabilité, la solidité et la cohérence.

    Alors, là je vous ai nommé plusieurs exemples, mais pensez à n’importe quelles grandes marques qui ont perduré à travers le temps. Puis, je pense ici à une des marques iconiques comme Coca-Cola. Vous savez, ils ont une identité visuelle très reconnaissable. Le logo de Coca-Cola en lui-même doit valoir des milliards de dollars. Parce que tu as juste à mettre le logo quelque part, c’est extrêmement reconnaissable. C’est aussi l’histoire de marque. On n’y pense pas souvent, mais l’histoire qui nous a amenés quelque part est un représentant, aussi, de qui on est. Et il contribue à ce message qui continue à se faire perpétuer. Donc notre histoire de marque, la culture d’entreprise, la vision d’entreprise est aussi un type de capital de marque, surtout si on commence à réfléchir, à engager et à croître, à s’expendre. Et à ce moment-là, plus la marque est forte, plus on va être capable de générer, de fédérer une communauté autour de celle-ci. Et quand je parle de communauté, je parle aussi d’une communauté d’employés. Donc une marque d’employeur est très, très, très importante, est un gros actif qui permet d’aller chercher les meilleurs talents pour qu’on puisse ensuite avancer dans notre vision, justement.

    Des partenaires de distribution…Là, je pense encore à Coca-Cola. J’essayais de lister des choses qui me venaient en tête par rapport à des actifs de marque. Des partenaires, donc tous les contrats qui ont été créés, c’est basé sur la réputation, bien souvent, mais sur des relations humaines. Puis ça, on va en parler un petit peu plus tard dans les trois piliers stratégiques, à quel point ces relations humaines sont très importantes pour la perpétuation de notre marque et de notre message de marque.

    Les initiatives d’impact… Parfois, on va faire du bénévolat. Parfois, on va créer des fondations. Parfois, on va faire partie de certains comités. Dans mon cas, j’ai eu la chance cette année de faire partie d’un comité avec Femmessor pour déterminer 100 entrepreneures, des entrepreneures féminines, d’impact au Québec. Et j’ai contribué à faire la sélection de ces entrepreneures-là. Et puis c’est un grand honneur pour moi de faire partie de ce comité de sélection là, parce qu’on est venu me choisir pour ce que je représentais aussi, pour ma vision et pour le fait qu’on avait confiance dans le fait que moi, Tatiana St-Louis, pour Aime ta Marque, avais à coeur le succès des femmes ici, dans la francophonie et au Québec. Et donc que j’étais une des bonnes personnes pour m’asseoir sur ce panel de juges. Alors ça, c’est un exemple d’initiative d’impact qui pourrait faire partie de notre capital de marque et de nos actifs de marque.

    Les commandites, ça en fait partie aussi. Et là, c’est sûr que je vous parle beaucoup de tout ce qui est organique parce que c’est ma spécialité, mais tout ce qui est publicité…Si on pense aux publicités de Coca-Cola ou Apple, qui sont devenues elles aussi iconiques, elles rentrent dans les archives des classiques publicitaires aussi. Donc, naturellement, c’est des actifs de marque qui travaillent longtemps, longtemps, longtemps pour nous. Des événements, etc., même que ce soit des événements commandités ou organisés par nous- mêmes. Alors, ça c’est l’écosystème de marque.

    Maintenant, pourquoi est-ce que c’est la base de notre notoriété? Je l’ai abordé rapidement, mais c’est parce que cet écosystème de marque là, c’est ce qui va assurer notre durabilité dans le temps. C’est ça qui va parler de nous quand on n’est pas là. Et bien souvent, je vois des entrepreneurs qui vont vouloir aller chercher la dernière stratégie à la mode, vouloir s’investir énormément dans certains réseaux sociaux, parce que c’est ça qui est a feu aux poudres, c’est ça qui explose en ce moment. Je pense à…Bon, je ne dis pas que ce n’est pas nécessairement des bonnes stratégies, mais je pense à tout ce qui est TikTok, tout ce qui est Reels, Instagram. Quand il y a une nouvelle mode, c’est toujours important de se poser la question, est-ce que je suis en train de mettre en place quelque chose qui me prend beaucoup de temps et qui a peut-être des résultats immédiats, mais qu’est-ce que ça me dit sur la durabilité de cet actif de marque? Est-ce que c’est quelque chose que je suis en train d’investir sur le long terme? Ou je suis en train de juste mettre un « influx d’argent ». Là je dis argent, mais de valeur perçue dans mon capital de marque?

    Donc, je pense que si vous êtes capable, si vous êtes quelqu’un qui a travaillé beaucoup avec vos finances personnelles ou avec l’argent, vous allez bien comprendre la réflexion stratégique autour de ça. De dire, est-ce que je suis en train d’investir pour le long terme, ou est-ce que je suis en train, ici, de travailler pour l’hyper court terme? Puis, j’aime toujours utiliser l’exemple de, qu’est-ce que vous choisiriez si, disons, vous travaillez à temps plein, vous voulez avoir un influx d’argent? Est-ce que vous allez lancer une entreprise, disons, sur le Web et commencer à créer cet écosystème de marque là? Ou, par contre, vous pourriez utiliser le même temps, puis aller conduire un Uber ou faire des livraisons, ou faire un travail qui va vraiment vous demander d’échanger du temps contre l’argent. Donc, les deux vont vous amener, probablement, des résultats. Le premier: argent rapide, argent plus facile. Mais le temps que vous n’avez pas investi à créer quelque chose qui va travailler pour vous, ça veut dire que vous êtes encore un peu prisonnier de cette dichotomie temps et argent. Tandis que quand on crée un capital de marque, quand on crée un capital de notoriété, on est en train de travailler sur des choses qui vont nous repayer sur le long terme et on ne sait pas toujours sous quelle forme ça va nous repayer. Et c’est ça qui est magnifique avec les capitaux de notoriété. C’est que si un jour je me dis OK, je ne veux plus travailler pour Aime ta Marque, je veux vendre mon entreprise. Qu’est-ce que je fais maintenant? Je pourrais lancer une nouvelle entreprise et utiliser le réseau que j’ai actuellement pour me propulser plus rapidement. Je pourrais retourner en emploi et utiliser tout ce que j’ai bâti dans les dernières années, comme un portfolio, des études de cas, etc. J’ai déjà des choses qui parlent pour moi au lieu de partir de complètement zéro. Mais ça, c’est des choses que j’ai construits intentionnellement parce que j’avais une idée de là où je voulais m’en aller. Voilà, donc c’est pourquoi, pour moi, cet écosystème de marque là, c’est hyper important et c’est aussi la base de notre notoriété, notre capital de marque.

    Maintenant, quels outils stratégiques on a à notre disposition pour construire cet écosystème? Et moi, je considère que, surtout grâce au Web, on a trois grands outils qui vont nous aider à atteindre une notoriété qui est organique, qui est durable et qui est cohérente à travers les différents messages ou le message qu’on veut passer. Les trois outils qu’on a à notre disposition sont 1) la vitrine, 2) le réseau et 3) les plateformes de contenu ou tout simplement le contenu.

    Alors, si je parle un peu de comment les trois interagissent ensemble et de ce à quoi elles correspondent. Prenons pour commencer la vitrine. Les vitrines, puis j’aurais pu le mettre au pluriel…Vous pouvez en avoir plusieurs, bien que je considère que d’avoir une vitrine, c’est un peu comme notre maison. Donc c’est toujours plus, peut-être, pertinent de focusser sur un point d’ancrage, un point de contact vraiment qui reste le repositoire de ce contenu ou de tous nos actifs de marque. Donc, la vitrine, ça peut être un site Web. Si on n’a pas de site Web, ça peut être aussi simple qu’un profil LinkedIn ou une présence quelconque, où on va amener nos prospects, nos leads, à visiter un certain lieu où ils pourraient ensuite en apprendre plus sur nous. C’est sûr que moi, je suggère à mes clients d’éventuellement avoir un site Web pour le plus grand contrôle qu’on a sur le contenu qu’on peut y publier. Et aussi pour avoir un espace propriétaire où c’est nous qui faisons les lois, mais aussi c’est nous qui avons accès à notre nom. Et là, c’est sûr, moi j’ai Aime ta Marque, mais j’ai aussi acheté Tatianastlouis.com, qui peuvent mener vers Aime ta Marque. J’ai acheté mes noms de domaine aussi pour m’assurer que s’il y a des noms de domaine que je veux utiliser en termes de noms de programmes ou des choses comme ça, je puisse aussi avoir ces vitrines-là, ces actifs. Parce qu’un nom, un URL, ça pourrait être considéré comme un actif aussi. Vous savez qu’acheter un nom de domaine, c’est parfois extrêmement cher. Je me rappelle, une fois, j’étais mandatée dans une entreprise, et puis on voulait créer un site Web pour un de leurs produits. Le nom de domaine se vendait à 20 000 dollars, si on voulait avoir le nom de domaine avec le .com. Donc on est allés pour le .ca. Mais vous voyez un peu comment les noms peuvent avoir beaucoup de valeur, aussi, dans cette industrie-là.

    Donc, la vitrine, c’est l’endroit où vous pouvez, justement, être vous-même, vous décrire, mettre en place vraiment vos couleurs, votre brand, votre identité. C’est là aussi où vous accueillez l’expérience de vos clients. C’est là où vous mettez en place le message central, c’est là qu’on voit vraiment où est le positionnement, le coeur de qui vous êtes et ce que vous représentez. Et là, c’est sûr que je parle de marque, mais j’espère que vous avez compris jusqu’ici qu’une marque personnelle, pour moi, ça rentre dans le même bateau. Moi, étant spécialisée avec des entrepreneurs de services, pour moi, tout ce dont je parle ici, ça s’applique aussi aux personnes, aux personnalités. Donc la vitrine, numéro un.

    Ensuite, on a les plateformes de contenu, je dirais, ou les contenus, c’est-à-dire… Aime ta Marque, en ce moment, a plusieurs points de contact de contenu. J’ai Pinterest, j’ai LinkedIn, j’ai Instagram. J’ai une présence sur Facebook, même si je ne l’utilise pas réellement, et j’ai quelques vidéos sur YouTube aussi qui dorment, je dirais. Je n’en fais pas beaucoup la promotion et je ne mets pas beaucoup de contenu, même si c’est quelque chose que j’ai envie de recommencer bientôt. J’ai mon podcast, l’ambition au féminin, que vous écoutez en ce moment. Et toutes ces plateformes de contenu là me permettent de diffuser mon message sous plusieurs formes, sous plusieurs facettes, dépendamment de ma stratégie de contenu et ma stratégie de positionnement.

    Alors ces plateformes de contenu, naturellement, ne sont pas propriétaires, contrairement à la vitrine. Mais, elles me permettent de faire un lien très très immédiat avec le troisième point de notre outil stratégique qui est le réseau/ les communautés ou, en d’autres mots, les humains qui sont de l’autre côté du micro, de l’écran, peu importe.

    Les plateformes de contenu, pour revenir là-dedans, on a des plateformes de contenu qui sont longue durée, d’autres qui sont courte durée. Vous irez lire ou écouter, j’ai quelques ressources là-dessus. Je vous les mets dans les notes de cet épisode. Mais, sachez que bon, ces plateformes de contenu pourraient être aussi à l’extérieur du Web. On pourrait avoir des magazines, on pourrait avoir la télévision, la radio, peu importe ce que vous utilisez comme outil de communication…Si vous l’utilisez pour créer du contenu propriétaire ou pour créer du contenu qui sort, dans le fond, de la marque et qui s’assoit dans la stratégie de la marque. Moi, je le considère dans ce bucket-là, si on dirait.

    Et c’est ce qui nous mène, justement, au troisième élément, qui est le réseau et qu’on prend souvent pour acquis, mais qui est un actif de marque extrêmement puissant. Et quand je parle du réseau, je parle autant des communautés qu’on crée que des réseaux de partenaires, des réseaux de collaborateurs, des réseaux d’affiliés qu’on crée à travers nos plateformes de contenu. Et ça, c’est quelque chose dont je parle beaucoup dans le programme Money Brand. C’est comment est-ce qu’on peut créer des opportunités de réseautage, des opportunités de networking grâce au contenu. C’est ce que j’appelle le networking de contenu, et je vous réserve un épisode de podcast complet là-dessus la semaine prochaine si vous êtes intéressés. Mais c’est une stratégie hyper puissante que peu de gens utilisent bien et intentionnellement. Et c’est ce que je veux vous aider à faire si vous vous rejoignez le programme Money Brand.

    Mais pour résumer, dans le fond, vous savez que la création de contenu, quand c’est bien fait, quand c’est intentionnel, nous permet de connecter avec des gens qui ont les mêmes valeurs, la même vision et des besoins qui peuvent être satisfaits par nos services aussi. Et ce réseau-là, aussi, peut être créé à travers des réseaux d’influenceurs. Donc, moi, je ne parle pas nécessairement d’influenceurs Instagram comme on y penserait ou influenceurs YouTube, mais vraiment des gens qui sont autour de nous et qui sont en contact avec notre public idéal et qui peuvent servir de pont pour disséminer notre message, disséminer notre réseau. Et ça, c’est quelque chose qu’on ne prend pas assez en compte quand on fait nos stratégies de contenu. C’est, comment est-ce qu’on peut répondre à leurs besoins à eux? Parce que ce sont eux qui vont donner leur crédibilité, leur notoriété pour parler de nous, pour amplifier notre message. Et c’est extrêmement puissant! Parce que si vous considérez que comment vous consommez de l’information, consommez du contenu, bien souvent, vous allez voir à quel point le bouche-à-oreille est important, mais pas le bouche-à-oreille fait n’importe comment et pas nécessairement les références faites n’importe comment. Sur ce, je vous réfère à mon épisode d’il y a quelques semaines sur le bouche-à-oreille, justement. Et vous allez pouvoir avoir une réflexion un peu plus charnue à ce sujet.

    Alors, les trois outils stratégiques qu’on a à notre disposition: la vitrine, les plateformes de contenu et le réseau. Et tout ça interagit ensemble, naturellement, parce que c’est, encore une fois, des éléments dans un écosystème. L’un nourrit l’autre et ils se renforcissent à travers leur propre développement. Donc, voilà pour c’est quoi et comment créer son écosystème de marque.

    C’est sûr que bon, on va aller beaucoup plus en profondeur quand vient le temps d’aller choisir les plateformes de contenu. Ça va être ça, les grandes questions à se poser. Quelles sont les plateformes de contenu à aller choisir? Où sont mes influenceurs et comment leur parler? Quel message et comment est-ce que je dois l’élaborer pour que sur mes vitrines, ce soit attractif et qu’on comprenne d’un coup d’oeil qu’est ce que je fais? Donc, tout ça, c’est des choses à affiner à travers les stratégies de communication, à travers les stratégies de messages et les stratégies de notoriété pour s’assurer qu’on est en train de créer justement des fondations qui sont durables, des fondations qui vont nous propulser dans le temps et qui vont vraiment être alignées avec ce qu’on veut créer pour le futur.

    Voilà, donc si vous voulez en savoir un peu plus, si vous voulez expérimenter un peu quel genre de questions vous pourriez vous poser pour créer votre écosystème de marque, je vous invite encore une fois à venir me rejoindre à l’atelier gratuit qui aura lieu au Festival Web de création de contenu, festivalweb.cc. Si vous ne pouvez pas être en live, je crois qu’il y aura un replay. Je suis pas mal sûre qu’il y aura un replay, une rediffusion qui sera disponible pendant quelque temps pendant la durée du festival. Donc, n’hésitez pas à vous inscrire pour être sûres d’avoir accès à ça. Et je vous invite par le fait même à participer aux panels qui ont lieu tous les après-midis du 5 au 9 juillet. Moi et Alexandra Martel, on se partage l’animation de ces panels-là. Donc, j’ai très très hâte de vous accueillir et d’accueillir les créateurs invités qui vont venir nous parler de leurs expériences également.

    Et enfin, naturellement, je vous rappelle que vous pouvez tout de suite envoyer votre candidature pour Money Brand si vous avez comme projet de travailler votre stratégie de notoriété, travailler votre écosystème de marque pour créer, justement, un message durable et vous positionner comme expert, comme leader d’opinion et comme la professionnelle que vous êtes déjà. C’est à moneybrand.co. Et vous pouvez avoir plus de détails sur le programme. Et c’est un programme sous candidature uniquement. Mais j’organise un atelier live aussi le 15 juillet, si jamais, pour tous ceux qui auront été acceptés dans le programme. Donc, envoyez votre application, si ça vous intéresse de savoir comment vous pouvez, justement, créer ce capital de marque et en bénéficier pour les années à venir.

    Merci beaucoup, encore une fois, d’avoir été présentes avec moi. J’espère que ce petit épisode un peu plus théorique, on va se le dire… J’ai l’impression de vous avoir fait un cours sur la notoriété. Dites-moi si ça résonne avec vous. Est- ce que vous avez déjà réfléchi à votre marque de cette façon? Où est-ce que vous en êtes avec votre propre développement d’écosystème de marque? Et dites-moi, envoyez-moi un message sur Instagram ou LinkedIn si vous allez être présents à l’atelier du festival Web. J’ai hâte de vous rencontrer et de parler avec vous de vive voix!

    Sur ce, je vous souhaite une excellente journée! Un excellent été aussi, si vous prenez des vacances, je vous le souhaite! La fin de trimestre, comme je vous dis, meilleur moment pour se reposer. Je vous conseille ça vivement, de mettre un temps aussi pour collecter vos pensées et collecter vos apprentissages des trois derniers mois pour que vous puissiez repartir en forme et en force. Alors sur ce, je vous souhaite une excellente journée et je vous dis à la prochaine!

    Salut les ambitieuses! J’aimerais faire de ce podcast une plateforme d’échanges et de réflexion autour de ce que ça veut dire être une femme et avoir du succès aujourd’hui. Si tu connais une femme dont le parcours inspirant aurait intérêt à être partagé, ou si toi-même pourrais nous outiller grâce à ton expertise ou ton expérience, rends-toi, sur aimetamarque.com/invitée pour m’envoyer les détails. Et finalement, profites-en pour t’abonner à ce podcast afin de ne manquer aucun des épisodes. Et si tu es dans un mode généreux, laisse-moi donc un cinq étoiles pour aider d’autres femmes comme toi à découvrir le podcast. À la prochaine!

    Comments

    1. Pingback: Blogue : Les avantages de rédiger un blogue d'entreprise | TABLO Médias

    Leave a Comment

    Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.