Slasheuse : mode d'emploi

Slasheuse : mode d’emploi pour le travail de l’avenir

Êtes-vous une slasheuse ? Seriez-vous, par hasard, de nature curieuse, touche-à-tout, incapable de vous confiner à un seul emploi? Tantôt réviseure, tantôt enseignante, tantôt bijoutière.

Le monde du travail est en train de se transformer et de se redéfinir. Les slasheurs sont le fruit de cette évolution, enclenchée, entre autres, par l’ère numérique.

En ce moment les slasheurs se cherchent encore une place dans le paysage du travail. Auteure de Profession Slasheur, paru en 2017 aux Éditions Marabout, Marielle Barbe explique que « nos profils multiples, hybrides ne correspondent pas à la norme du travail, aux postes, emplois et métiers qui sont proposés». Mais elle est catégorique : ils en sont l’avenir.

Dans son livre, elle nous amène tranquillement à comprendre cette nouvelle réalité et, surtout, à l’assumer. J’ai eu le bonheur de discuter avec elle sur ce sujet qui me tient à cœur. J’ai voulu savoir comment je pouvais bien fonctionner à titre de slasheuse.

Êtes-vous une slasheuse ? Seriez-vous de nature curieuse, touche-à-tout, incapable de vous confiner à un seul emploi? Le monde du travail est en train de se transformer et de se redéfinir. Les slasheurs sont le fruit de cette évolution, enclenchée, entre autres, par l'ère numérique. #carrière #emploi #freelance

 

Comment s’assumer en tant que slasheuse?

En tant que slasheuse, vous avez sûrement passé des heures à adapter, modifier et retravailler votre CV pour chaque emploi auquel vous postuliez. Vous tentiez tant bien que mal de prouver vos compétences pour un poste qui ne s’inscrivait pas de façon évidente dans votre expérience passée.

D’abord, Marielle affirme avec aplomb que pour se promouvoir, il faut s’assumer. « Plus on va s’assumer, plus on va assumer cette singularité. Notre singularité fera de nous une personne […] dont les autres verront la valeur. On n’aura plus à lutter pour prouver cette valeur par la suite ». Bref, fini le syndrome de l’imposteur!

Par ailleurs, pour s’assumer, il faut aussi bien se connaitre, rappelle l’auteure. À travers son livre, elle propose des outils et exercices nous permettent justement de suivre ce cheminement et de comprendre son mode de fonctionnement hybride.

« On est inspiré par des personnes qui affichent une liberté [dans leur vie], et en même temps on n’est pas capable de le faire pour soi ». Elle pose alors la question : plutôt que d’envier ces personnes, pourquoi ne pas s’offrir cette liberté de choix?

À lire aussi : Mon parcours atypique : le travail

Comment se promouvoir et se démarquer comme slasheuse?

Que faire pour se démarquer? « Utiliser le web, s’appuyer sur la force des réseaux sociaux, et les outils video user et abuser du storytelling », me dit Marielle.

« Les personnes et les entreprises qui s’en sortiront sont celles qui sauront être agiles, car tout s’accélère de manière exponentielle, et chacun doit être en mesure de rebondir en temps réel. » Concrètement, il s’agit, entre autres, de revoir son modèle de a à z, de prendre des risques. Pour la slasheuse, cette capacité à s’adapter rapidement devient un atout considérable.

Outre cette facilité d’adaptation, la slasheuse possède plusieurs compétences transférables qu’elle peut promouvoir:

  • Une capacité à gérer plusieurs dossiers en même temps;
  • Sa capacité de synthèse, ce qui lui permet d’envisager les situations avec une vision globale;
  • De la curiosité, cette qualité qui lui permet d’ouvrir des portes, de poser les bonnes questions, de saisir les opportunités.
  • Sa capacité naturelle à prendre des risques, lui offrant de nouvelles occasions de se promouvoir et s’épanouir.

Bref, il y a énormément d’atouts qu’une personne atypique au profil de slasheuse puisse vraiment apporter à une entreprise. Il suffit de savoir les mettre de l’avant!

Comment se positionner aujourd’hui en tant que slasheuse?

Selon Marielle, notre société reçoit déjà les contrecoups de sa passivité. Les jeunes délaissent plus facilement des emplois qui autrefois faisaient rêver, faute d’adaptation. Elle prend exemple de France Télévision, qui peine à recruter de nouveaux talents. « Parce que la télé ne fait plus rêver les jeunes. Être fonctionnaire ne fait plus rêver. N’être pas très bien payé ne fait pas rêver non plus… », explique-t-elle.

Pour illustrer comment la société commence à s’adapter à cette réalité, elle donne l’exemple des agents libres. Ce programme gouvernemental est encore à l’état de projet pilote.  Son but est d’attirer des fonctionnaires et de les retenir, « car ça ne fait plus rêver, la sécurité d’emploi ». Le programme permet donc à ces fonctionnaires de changer de travail régulièrement tout en suivant l’évolution de leurs compétences.

Marielle conseille une fois de plus de s’assumer, encore et encore. La société, le monde du travail, les entreprises, quoiqu’il en soit « devront s’adapter pour s’aligner avec les aspirations des personnes, des nouvelles générations en qui aspirent dans leur vie professionnelle à plus de liberté, d’autonomie, de sens, d’équilibre avec la vie personnelle ».

Le guide du slasheur

Profession : Slasheur par Marielle BarbeDans son livre, Marielle va encore plus loin dans son analyse du phénomène. Elle y raconte son parcours, son cheminement et sa lutte pour légitimer et assumer pleinement sa réalité. À travers notre lecture, nous progressons à notre tour grâce à ses constats, ses réflexions et ses outils. Son but est d’ aider en partageant les clés qui permettront aux slasheurs de ce monde de découvrir comment ils fonctionnent le mieux et ainsi déployer leur potentiel.

L’auteur a écrit ce livre pour permettre aux slasheurs qui s’ignorent ou ne s’assument pas de comprendre que dans le monde de demain, c’est eux qui seront les plus adaptés et les plus recherchés pour faire face aux évolutions de notre société. Elle souhaite les aider à s’épanouir et se trouver une place aussi singulière puisse-t-elle être.

Elle termine : « Il est toujours possible à n’importe quel âge de s’assumer et de faire autrement. Aujourd’hui, les slasheuses ont encore parfois le sentiment qu’elles ne sont pas tout à fait adaptées, et pourtant demain, elles seront sans aucun doute les plus convoitées pour leur agilité. Peu à peu, je suis convaincue que cette manière de travailler en mode pluriel va s’imposer dans les années à venir, au point que l’on n’opposera plus une carrière linéaire mono-métier, à un parcours de slasheur. »

Bref comme mot de la fin, je vous laisse celui ci : s’assumer. Assumer sa curiosité insatiable, son fonctionnement hybride, sa soif de liberté, ses priorités, ses valeurs, etc.

Abonnez-vous à l’infolettre ou suivez Aime Ta Marque sur Facebook pour recevoir les dernières nouvelles.

Partager ce billet

À propos de l'auteure
Éveline Thibault-Lanctôt

Éveline Thibault-Lanctôt

Facebook

Bachelière en linguistique et littérature, diplômée de deuxième cycle en didactique, le parcours atypique d'Éveline a pour but de garder toutes les portes ouvertes afin d'assouvir sa curiosité insatiable ! Enseignante, entrepreneure et rédactrice/réviseure linguistique, cette maman féministe se découvre une fibre entrepreneuriale avec le démarrage de son école de tennis, cofondée avec son mari, L'Atelier de Tennis. Bref, tout ce qui touche la langue, la création et l'enseignement la passionne!

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.