Challenge ) à 100K : les chiffres, les leçons, les perspectives

Challenge 0 à 100K : les chiffres, les leçons, les perspectives

En avril passé je m’étais dit « fini le niaisage, si je veux vraiment qu’Aime Ta Marque devienne mon activité à temps plein, je dois matcher mon salaire d’employée et réussir à faire 100 000$ en 12 mois ». Si je ne réussis pas, c’est le signe que peut-être Aime Ta Marque n’est pas une idée viable… et que je devrais peut-être passer à autre chose.

Oui, « the stakes are high » comme on dit en anglais. Mais qui ne risque rien n’a rien. Et une partie de ce challenge était aussi de me responsabiliser publiquement face à mes rêves. De les dire à voix haute et de cesser de me cacher derrière les « peut-être un jour » et « quand je serais… ».

Dans cet article, je parlais de mon année en tant qu’entrepreneure à temps partiel afin de contextualiser mes objectifs, mes réussites et mes échecs. Aujourd’hui, je veux parler de chiffres. De vrais chiffres, noir sur blanc. Et de mes apprentissages via ce défi qui, pour certains était un pari de fou et pour d’autres un objectif inspirant.

Lire la partie 1 : Une année dans la vie d’une entrepreneure à temps partiel

Ce que j’ai appris

Nous voilà donc fin décembre. En relisant ce que j’ai accompli durant l’année, je peux dire que non, je n’ai pas atteint mon 100K et je suis bien loin d’y arriver (même si techniquement, je m’étais donnée jusqu’en avril). J’ai travaillé beaucoup, c’est vrai. Cependant, en rétrospective, je réalise que ce qui me manquait plus que tout était un Plan (avec un grand « P »). Je n’avais pas de plan d’action bien établi, de tactiques bien alignées. En regardant en arrière, j’ai vu que mon message avait besoin d’être retravaillé. J’étais éparpillée. Je me cherchais, on dirait.

J’ai testé certains produits et certains marchés, mais quelque chose était ‘off’. Les pièces du puzzle ne tombaient pas en place. J’ai encore du travail à faire de ce côté, même si je pense que la pause que je me suis imposée m’a permis d’y voir plus clair. J’ai des pistes pour la suite.

Aussi, j’ai appris paradoxalement qu’il ne sert à rien de forcer les choses. Le contrôle est une illusion. La plus grande qualité d’un entrepreneur, à temps plein ou à temps partiel, est la résilience et la flexibilité. Une sorte de mollesse est absolument nécessaire pour accepter les revers et les opportunités. Et être d’accord de voguer sur ces flots incertains.

Bref, 2018 a été une année pour me recentrer.

En avril passé je m’étais dit « fini le niaisage, si je veux vraiment qu’Aime Ta Marque devienne mon activité à temps plein, je dois matcher mon salaire d’employée et réussir à faire 100 000$ en 12 mois ». Voici où j'en suis. #entrepreneuriat #slasheuse

Alors, combien j’ai fait?

Pour ceux qui ne s’intéressent pas à la longue histoire, voici le chiffre. J’ai fait 10,868$ en 2018 avec Aime Ta Marque. À cela, il faut enlever 5 912$ en frais de toutes sortes : hébergement web, programmes informatiques comme la suite Adobe, TailWind, services professionnels de graphistes, etc., et, le plus dispendieux, le coaching et les formations que je me suis payées. Donc bilan 4956$ net à ce jour.

Je n’ai pas atteint le 100K (bien que si je combine mon salaire avec ce que j’ai fait, je n’en suis pas très loin – perspective! 😉).

À lire aussi : Quand notre désir de confort se met dans le chemin de notre succès

Ce que je veux pour le futur

Alors, pour une entrepreneure à temps partiel, j’ai quand même pas mal accompli. Est-ce que mon projet était trop grand? Irréaliste? Dangereux pour ma santé? Je ne crois pas. Je crois plutôt que c’était un déclic qui m’a forcé à regarder bien en face, avec courage, mais surtout avec compassion, ce qui se cachait sous la surface. Ça m’a obligée à me poser de grandes questions. Des questions qui valent de l’or, selon moi.

Il fallait peut-être faire un grand ménage avant de me lancer réellement. Suis-je prête à faire 100K là maintenant? Je ne sais pas. Il y a des jours où je suis prête à prendre le monde d’assaut. D’autres où j’ai de la difficulté à répondre à mes courriels. Mais dans tout cela, il faut que je me rappelle que je suis en train de travailler sur un autre grand projet : un être humain!

Comme femme, je trouve que c’est une réalité nous représente plutôt bien. Nous n’avons pas un one-track mind. On oscille souvent entre plusieurs rôles, plusieurs rêves, plusieurs projets. On a pas le choix que de faire du multitâche. La vie le veut souvent ainsi. Et ça peut nous prendre plus de temps d’arriver au point B, mais l’aventure en est d’autant plus riche!

Sur ce, je vous souhaite la plus belle des fins d’années. Profitez de chaque moment!

Abonnez-vous à l’infolettre ou suivez Aime Ta Marque sur Facebook pour recevoir les dernières nouvelles.

Partager ce billet

À propos de l'auteure
Tatiana St-Louis

Tatiana St-Louis

Facebook

Adepte de littérature russe et collectionneuse de lunettes de designer, Tatiana a fondé Aime Ta Marque pour donner des outils aux femmes de carrière et entrepreneures pour mieux raconter leur histoire personnelle. Spécialiste des communications basée à Montréal, elle s'implique au sein de plusieurs communautés visant au développement professionnel des femmes.

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.