Mettre fin à une relation d'affaires : pourquoi et comment

Mettre fin à une relation d’affaires : pourquoi et comment

La nouvelle année est arrivée et avec elle, l’heure des bilans. Dans mon cas, après un an de travail autonome et des changements importants survenus récemment dans ma vie, j’ai dû reconsidérer certains aspects de mon entreprise.

C’est clair pour moi maintenant qu’il me faut revoir mes services, travailler autrement et avec d’autres personnes. Cette année, je n’ai pas pris de résolutions, mais j’ai plutôt un grand objectif : faire plus de ce qui me rend vraiment heureuse. Donc, un grand ménage s’impose et cela m’amènera à refuser dorénavant certains contrats qui ne m’intéressent plus vraiment.

Au cours de ma réflexion, j’en ai profité pour questionner des pigistes sur ce qui les pousse à remettre en question une relation d’affaires ou à refuser un contrat. Voici quelques-unes des réponses obtenues.

Ne plus avoir le goût de travailler avec quelqu’un

C’est simple, non? Pour certains, l’envie de laisser tomber un client est une raison suffisante pour refuser ses offres. Soit. Mais derrière cette «non-envie», qu’est-ce qui se cache vraiment? Je pense qu’il est important d’aller plus loin que son sentiment immédiat et de s’interroger sur ses motivations véritables.

Est-ce un comportement du client qui m’irrite? Est-ce le type de travail qu’il me donne qui ne correspond plus à mes objectifs professionnels? Pourquoi ai-je accepté de faire affaire avec lui au départ? Était-ce un bon choix? Bref, c’est tout à fait correct de mettre fin à une relation d’affaires, mais il faut savoir ce qui a mené à cette situation pour éviter qu’elle ne se reproduise dans l’avenir.

Sentir que le client ne respecte pas son travail

Mettre fin à une relation d'affaires_les irritants

Si un client fait affaire avec vous, c’est qu’il valorise votre expertise. Si ses paroles ou ses comportements prouvent le contraire, il n’y a pas lieu de poursuivre la relation.

«Je ne comprends pas pourquoi tu factures autant d’heures pour ça. Moi, je te ferais ça en 15 minutes.» «On trouve ça bien beau ton ébauche, mais j’ai fait un plan et j’aimerais ça que tu le suives à la lettre.» «On est désolé, mais on a encore perdu votre facture, pourriez-vous nous en envoyer une autre?» Ce sont peut-être des phrases que vous ne connaissez que trop bien. Sinon, vous en avez sûrement de semblables en tête.

Ce qui les unit : le manque de respect. Si un client fait affaire avec vous, c’est qu’il valorise votre expertise. Si ses paroles ou ses comportements prouvent le contraire, il n’y a pas lieu de poursuivre la relation. Votre santé mentale et votre estime de soi ne s’en porteront que mieux.

Faire face à des irritants récurrents

Des irritants, dans une relation client, il y en a parfois et ça fait partie du travail de bien communiquer afin de les minimiser. Claquer la porte après le premier accrochage est une réaction plutôt extrême. Souvent, un dialogue franc et respectueux peut résoudre bien des difficultés.

Faire signer un contrat, dans lequel vous explicitez clairement la nature et les limites de vos services, permet aussi d’éviter bien des contrariétés. Mais une fois qu’on a clarifié ses attentes et que les irritants se multiplient malgré tout, rompre est tout à fait justifié. Parfois, malgré toutes les protections légales et les meilleures intentions, il peut arriver qu’un client éprouve des problèmes sur lesquels on n’a pas de prise.

En tant qu'entrepreneur ou travailleur autonome, il est toujours pertinent de ses questionner sur ce qui nous pousse à mettre fin à une relation d'affaires ou à refuser un contrat. Voici d'excellentes raisons de dire au revoir à certaines relations peu gratifiantes. #affaires #emploi #carrière #pigiste #freelance

Avoir des conflits de valeurs

Dans le choix de faire affaire avec un client, les valeurs personnelles et celles de son entreprise doivent rester dans la ligne de mire. Malgré tout, devant une proposition alléchante ou le besoin d’argent, on peut être tenté de les mettre de côté! Or, il y a des situations où des valeurs conflictuelles peuvent miner une relation à long terme.

Mettre fin à une relation d'affaires_Valeurs divergentes

Dans le choix de faire affaire avec un client, les valeurs personnelles et celles de son entreprise doivent rester dans la ligne de mire.

 

Des exemples? Votre client carbure à la performance et ne compte pas ses heures, alors que vous êtes plutôt du type «slowpreneur». Vous avez choisi la pige pour la liberté d’organiser votre temps comme vous l’entendez, mais votre client exige que vous soyez disponible aussitôt que lui l’est. Vous êtes une personne imaginative et la création est importante pour vous, mais vos clients vous demandent toujours le même type de travail.

Si vous sentez que vos valeurs sont remises en question par un client ou que vous devez faire de gros compromis pour le satisfaire, il est temps de vous interroger sur la pertinence de faire affaire avec lui.

 

Avoir envie de réorienter ses services

Vous avez un client bien chouette, mais qui vous envoie du travail peu intéressant? Vous avez accepté tous les contrats qui passaient à vos débuts, mais maintenant que vous êtes plus aguerri, vous voulez vous donner la liberté de choisir? Votre travail vous ennuie et vous avez envie d’insuffler un vent de fraicheur dans vos journées?

Portez attention à vos insatisfactions, car elles sont souvent de bonnes conseillères. Elles vous forcent à considérer les aspects de votre travail qui ne vous comblent plus. Vivre, c’est changer. Il est donc normal de voir ses besoins et ses centres d’intérêt évoluer. Si vous voulez du changement, l’heure est donc probablement venue mettre de côté les relations qui ne vous satisfont plus.

 

Rompre en toute tranquillité d’esprit

Mettre fin à une relation d'affaires_la communication

La façon dont vous communiquez votre décision a un impact sur votre image de marque.

Quand le temps vient de mettre fin à une relation d’affaires, pas besoin d’adresser une longue lettre de rupture. Il est toutefois important d’expliquer clairement et simplement pourquoi vous refusez de poursuivre la relation ou d’accepter un nouveau contrat. Un simple «je ne suis pas disponible» ne fera pas toujours l’affaire, car le client risque de revenir plus tard avec une autre demande.

9Dites-vous aussi que la façon dont vous communiquez votre décision a un impact sur votre image de marque. Faire des changements, c’est quelque chose de positif! Si vous abandonnez des services et les remplacez par de nouveaux, 

 

présentez cela à vos clients comme une évolution. Expliquez-leur vos motivations dans votre infolettre par exemple ou dans un courriel que vous enverrez à ceux qui les utilisent. Cela leur permettra de mieux comprendre votre nouvelle orientation et d’avoir le temps de trouver un nouveau fournisseur, s’il y a lieu.

Et moi, dans tout ça?

C’est bien beau faire le ménage de son carnet d’adresses, mais encore faut-il apprendre à faire de meilleurs choix. Comment? En vous analysant pour changer certains comportements qui vous mettent à risque d’accepter ce qui ne vous convient pas. En voici quelques-uns :

  • Vous avez de la difficulté à dire non;
  • Vous n’êtes pas bien conscient de vos limites physiques et mentales;
  • Vous craignez de décevoir ou de provoquer la confrontation;
  • Vous avez de la difficulté à faire la différence entre une relation d’affaires et une relation amicale;
  • Vous avez peur de manquer d’argent.

J’aurais pu en écrire bien d’autres. L’important, c’est de savoir qui vous êtes pour faire des choix qui vous ressemblent.

Avez-vous eu à terminer une relation avec un client? Comment cela s’est-il passé?

Abonnez-vous à l’infolettre ou suivez Aime Ta Marque sur Facebook pour recevoir les dernières nouvelles.

Partager ce billet

À propos de l'auteure
Isabelle Doucet

Isabelle Doucet

Isabelle est certainement la preuve que des études de littérature peuvent mener à (presque) tout. Après une maîtrise et une moitié de doctorat en études littéraires, elle a été chercheuse, enseignante, coordonnatrice, spécialiste en communication, dans cet ordre. Elle est à peu près certaine que dans 10 ans, elle exercera certainement une activité qui n'existe pas encore! À la fin de 2016, sa résolution a été de prendre les rênes de sa vie professionnelle et de plonger dans l’univers exigeant, mais combien fascinant de l’entreprenariat. Sa contribution à Aime ta marque touche des thèmes pratico-pratiques liés à l’entreprenariat au féminin et à son expérience de pigiste.

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.