5 façons de reposer son cerveau durant la journée

5 façons infaillibles de reposer son cerveau au travail

Quelle est votre capacité de concentration? Combien de temps pouvez-vous travailler sur une tâche avant de sentir votre cerveau ramollir? Avant de commettre des erreurs? 1 heure? 30 minutes? 5 minutes? Prenez-vous le temps, seulement, de reposer votre cerveau durant le travail?

L’université de Californie a mesuré un temps de concentration de 3 minutes (Cerveau et Psycho). Un autre test, effectué par le chercheur Norman Mackworth, aurait indiqué que « la vigilance décroît fortement dès 30 minutes et les erreurs de détection augmentent de 10 à 15 % » (Le temps reconquis).

De ce constat est née la méthode Pomodoro qui invite le travailleur à travailler pendant 25 minutes, puis de prendre une pause de 5 minutes. Après 4 ou 5 fois, le travailleur prendre une pause allongée.

Mais qu’est-ce qu’on fait pendant ces périodes de repos? Comment reposer le cerveau? J’ai envie d’y aller avec mes petits trucs à moi. Mon expérience. Mes astuces. Ma méthode.

Je n’ai pas la vérité infuse, mais je sais reconnaître une méthode efficace. J’ai le hamster qui court constamment dans mon cerveau. J’ai mille projets qui fourmille, trop de fenêtres ouvertes en même temps, j’ai envie de tout faire, tout de suite. Bref, j’ai besoin de relaxer, j’ai besoin de me recentrer.

Prenez-vous le temps de reposer votre cerveau au travail? Quelques trucs pour se donner un répit à l'ère des distractions et du multi-tâche. #productivité #freelance #stress #gestiondustress

1. Le repos

Parfois, c’est la fatigue qui a raison de nous. Dans ce temps, rien de mieux qu’une sieste. Juste du repos. C’est correct d’arrêter. C’est correct de terminer plus tôt, de se coucher avant notre heure habituelle. Une journée de congé ou deux, le temps de se remettre sur pied peut faire un grand bien. Parfois, notre concentration nous joue des tours parce qu’on est fatigué. Point final.

2. L’hydratation

Vous commencez votre journée avec un café, puis un petit verre d’eau vers midi… ce n’est pas suffisant. Vous devriez boire entre 1 et 2 litres d’eau par jour. S’hydrater, c’est non seulement vital, mais ça fait un grand bien au cerveau. En effet, une déshydratation mène inévitablement à une baisse d’énergie et de concentration.

Mon truc? Je prépare une grande bouteille d’eau (je réutilise une bouteille en vitre de limonade, c’est très instagrammable en plus!) que je garde sur mon bureau pour remplir mon verre. Comme la bouteille peut contenir 1 L, je m’assure de la vider avant la fin de ma journée. Ça me permet de constater ma consommation d’eau et de m’assurer de garder une bonne hydratation.

3. La méditation

La méditation, la méditation pleine conscience, l’autohypnose, appelez cela comme vous le souhaitez, mais pratiquez-la! Les études énonçant les bienfaits de la méditation sur la concentration et sur le cerveau pullulent. C’est le nouveau remède du siècle. Mais surtout, c’est vraiment efficace et pas si compliqué.

Comme dans tout, donnez-vous le temps d’assimiler cette nouvelle activité. Fixez-vous des objectifs réalistes : par exemple, 5 minutes par jour pendant un mois. Peu à peu, vous serez en mesure d’aller plus loin dans votre pratique.

Aussi, la méditation n’est pas aussi rigide qu’on l’imagine. Nul besoin de « ne penser à rien ». Concentrez-vous sur un objet, un son, une pensée, peu importe. Focalisez votre attention sur ce stimulus et laissez-vous emporter. Même si en 15 secondes vous vous surprenez à dresser une liste d’épicerie, ne vous fâchez pas, retournez à votre stimulus. Rappelez-vous qu’il s’agit d’un entrainement qui nécessite une discipline.

4. L’exercice

Un esprit sain, dans un corps sain. Trouvez-vous une activité qui vous plaît, vous motive et vous fait du bien. Pour certains, ce sera le gym, d’autres le yoga et pourquoi pas une promenade, rien de plus simple. Bref, prenez du temps dans votre semaine pour pratiquer un sport ou une activité et reproduisez-le à petite échelle dans votre journée de travail.

Par exemple, prenez 10 minutes de pause pour faire une salutation au soleil, une série de push-up ou une marche autour du bloc. Ce n’est quand même pas difficile, pourvu qu’on prenne le temps de le faire.

5. Les futilités

Jusqu’à présent, ma liste était assez « bonne école ». Mais, parfois, ce dont on a besoin pour se vider le cerveau, c’est d’écouter une émission, lire un livre, un magazine, un blogue, manger des cochonneries… Bref, de petites futilités qu’on se permet pour se sortir de notre tanière.

Parfois, je prends une pause pour aller me chercher une pomme (ok, souvent des bonbons). Je m’arrête pour lire un blogue. Je navigue sur internet sans trop savoir pourquoi. Bref, je me laisse être déconcentrée. Ça fait du bien.

En fin de compte, que vous suiviez la méthode Pomodoro ou non, il demeure primordial d’apprendre à s’arrêter. Chaque personne possède ses trucs pour bien reposer son cerveau. Que ce soit à travers la méditation ou une activité physique, l’important c’est de s’écouter et d’accepter que parfois le cerveau ne suive plus. Faites-vous du bien, et la qualité du travail suivra!

Abonnez-vous à l’infolettre ou suivez Aime Ta Marque sur Facebook pour recevoir les dernières nouvelles.

Partager ce billet

À propos de l'auteure
Éveline Thibault-Lanctôt

Éveline Thibault-Lanctôt

Facebook

Bachelière en linguistique et littérature, diplômée de deuxième cycle en didactique, le parcours atypique d'Éveline a pour but de garder toutes les portes ouvertes afin d'assouvir sa curiosité insatiable ! Enseignante, entrepreneure et rédactrice/réviseure linguistique, cette maman féministe se découvre une fibre entrepreneuriale avec le démarrage de son école de tennis, cofondée avec son mari, L'Atelier de Tennis. Bref, tout ce qui touche la langue, la création et l'enseignement la passionne!

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.