5 astuces de pro quand tu dois créer sous contrainte

5 astuces de pro quand tu dois créer sous contrainte

Comment créer du bon contenu jour après jour, quand tu as l’impression d’avoir tout dit?

Quoi faire quand ça fait partie de ta job, produire du contenu, mais que tu frappes un mur d’inspiration et de créativité?

Accompagnée de Mélissa Lapierre et Nicolas Harton (Communication Futée), Bemvinda Khang (Limbola), Laurence Rufiange (Agence Antilope) et Stéphanie Forgues (Mon Marketing Créatif), j’ai eu l’opportunité de partager ma vision sur ces questions lors du panel « Entre inspiration et productivité : le processus de création de contenu » organisé dans le cours du 1er Festival Web de Création de Contenus*.

Voici 5 éléments-clés qui sont ressortis de notre conversation sur comment naviguer les aléas de l’inspiration, de la créativité et de la productivité lorsque l’on est un créateur de contenu.

Prise de note en direct par une talentueuse participante. Merci à Claire Sollinger pour cette magnifique représentation.

Astuce #1 Respecter ses phases de création

Ce que j’ai remarqué dans mon expérience de création de contenu, autant à titre d’universitaire que dans le monde corpo ou dans ma business, c’est que tout exercice de création suit un cycle.

Bien souvent, avant de pouvoir mettre sur papier nos idées ou publier une vidéo ou un épisode de podcast, on va passer par ces 4 phases : collecte d’information, incubation, expression, finition. (Il y a probablement des termes plus techniques, mais ce sont ceux que j’utilise).

C’est correct de ne pas toujours être dans la phase « expression » (écrire, présenter, parler…). Pour créer du contenu de qualité, c’est important de se laisser le temps et l’espace pour que nos processus internes se mettent à l’œuvre.

La bonne nouvelle, c’est qu’avec la pratique, il nous devient plus facile d’adapter ce cycle aux types de contenu.

Le cycle sera plus court pour un contenu de faible intensité (ex. une publication LinkedIn) et plus étoffé pour une création d’envergure (ex. un livre).

Pour réfléchir à la question des cycles, tu seras probablement intéressée par l’épisode 23 de l’Ambition au Féminin : Faire de son cycle menstruel son allié avec Gaëlle Baldassari

Astuce #2 Se donner des règles de jeu

Créer est un jeu. Et comme dans tous les jeux, c’est plus le fun s’il y a des règles.

Comme l’a si bien résumé Mélissa Lapierre de Communication Futée : « Pour sortir de la boîte, ça prend d’abord une boîte. »

Personnellement, j’aime créer sous contrainte, car ça me force à initier le processus de création en connaissant, par exemple, mon deadline. Pour mes publications sur les réseaux sociaux, je pourrais décider que je dois en publier 5 par semaines, toutes avant 8h.

Sinon, ça peut être de se dire que tu vas écrire ta prochaine infolettre sur ton aliment préféré ou sur un événement qui s’est passé durant tes vacances.

Ton contenu, tes règles. Mais en avoir va te permettre de sortir de la paralysie créative.

Créer des liens entre des choses improbables, c’est ça aussi le propre de l’esprit créatif.

Astuce #3 Rester en contact avec sa communauté

En tant que créateur de contenu, que ce soit notre job ou que ça fasse simplement partie de notre stratégie marketing que l’on adopte, on crée d’abord et avant tout pour notre communauté et nos clients.

C’est notamment le cas de Laurence Rufiange, qui doit produire du contenu pour ses clients publicitaires.

Rester en contact avec eux nous permet de nous nourrir de leurs préoccupations et de leurs états émotionnels. En restant à l’écoute, on peut percevoir des indices importants sur ce dont ils ont le plus besoin, là, maintenant.

Grâce à ce contact, cette connexion, il est plus facile de toucher à un certain degré d’inspiration. En sortant de l’ego, on permet aux jus créatifs de couler.

Car au bout du compte, toute création est une conversation que l’on ouvre avec l’Autre.

Une autre série de notes prises lors du panel, cette fois-ci par Geneviève Boucher du Hoola Studio.

Astuce #4 Se laisser inspirer par notre quotidien

Travailler son muscle créatif, ça implique aussi de rester à l’affût de notre environnement et de réussir à créer des histoires à partir de tout et de rien – des segues, dans le langage de la copywriter Alexandra Martel.

Ainsi, plus on est capable de voir dans des banalités des sujets d’intérêt, moins nous aurons l’impression de ne pas savoir quoi écrire.

Comme Bemvinda Khang l’a mentionné, tout peut être digne d’une histoire : le passant qui traverse la rue, la conversation avec le conducteur du train, un souvenir suscité par une odeur, une couleur…

Se mettre en mode « écoute » ou « prise d’information » peut parfois simplement vouloir dire d’observer, d’être présente et de se synchroniser à la vie qui se déroule devant soi. L’inspiration est souvent au détour.

Astuce #5 Rester en phase avec soi-même

Enfin, l’une des grandes réalisations que j’ai fait autour de mon processus créatif a été lorsque j’ai vécu des périodes de blocage que j’appelle mes grands déserts créatifs.

Pendant des mois, voire des années, j’ai eu l’impression de ne plus avoir la liberté et la légèreté que j’éprouvais lorsque j’étais plus jeune à écrire, peindre, dessiner, etc.

Je vivais soudainement avec un sentiment de l’imposteur paralysant et me retrouvais à ne plus reconnaître la personne que j’étais devenue.

Il m’a fallu un long moment pour réaliser que le problème était bien ancré au fond de moi.

Le problème, c’était que je n’étais plus en phase avec moi-même.

C’est donc en retravaillant mon brand et mon positionnement que j’ai repris contact avec les fondements de qui j’étais, avec mon pourquoi et avec mon authenticité.

C’est ce qui m’a permis d’aller de l’avant et de reprendre confiance en ce que je créais. Et c’est ce qui m’a permis de trouver et d’investir ma voix.

Des fois, il faut prendre le temps de faire un petit ménage avant de continuer la route. Avec la clarté vient la créativité.

Alors, que tu sois une créatrice aguerrie ou que tu débutes à essayer de te faire voir et entendre sur le web, réfléchir à ton processus de création est un excellent moyen de rester productive et motivée.

Parce que la création de contenu pour une entreprise, c’est une game sur le long terme. Ça ne devient payant que pour ceux qui ont les reins assez solides pour traverser les déserts arides et être ensuite prêts à surfer les grosses vagues. 😉

Et toi, dois-tu parfois (souvent?) créer sous contrainte? Quelle est ta relation à la créativité et à l’inspiration?

À propos du Festival Web de Création de Contenu

Le FWCC est une initiative d’Alexandra Martel, fondatrice de Les Mots pour Vendre. Son objectif? Regrouper des créateurs de contenu de tous horizons – professionnels ou non – pour échanger sur des sujet allant de l’utilisation de LinkedIn à la vente de formations en ligne, le tout lors d’un événement festif, sans PowerPoint et sans pitch de vente.

[convertkit form=1331499]

Partager ce billet

À propos de l'auteure
Tatiana St-Louis

Tatiana St-Louis

Facebook

Adepte de littérature russe et collectionneuse de lunettes de designer, Tatiana a fondé Aime Ta Marque pour donner des outils aux femmes de carrière et entrepreneures pour mieux raconter leur histoire personnelle. Spécialiste des communications basée à Montréal, elle s'implique au sein de plusieurs communautés visant au développement professionnel des femmes.

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.