Ep. 145 À propos de ton hygiène marketing

Combien de temps dans ta journée est dédiée à penser à te brosser les dents?

Je vais prendre un guess et dire pas beaucoup.

C’est une action neutre et banale.

C’est une pratique que tu as intégré dans ta journée et qui ne génère pas de hauts ou bas émotionnels. Tu le fais probablement de façon automatique, sans y investir beaucoup de ton identité.

C’est un geste d’hygiène qui a des bénéfices réels sur ta santé et ton bien-être et pour cette raison, tu l’as probablement catégorisé mentalement comme un rituel plate, mais nécessaire.

Ultimement, tu préfères être une personne qui se brosse les dents plutôt qu’une personne à l’hygiène buccale douteuse. Good for you! 🪥🦷

Bon, dans ton business, travailler sur ton marketing, c’est l’équivalent de te brosser les dents.

Tu peux essayer de l’éviter, mais ça fera pas long feu avant que la plaque commence à s’accumuler. Pis là BAM! sans crier gare, t’es aveuglée par gros projecteur avec le son de la drill dans tes oreilles et tu ne sais plus si tes larmes sont dues à la douleur de ton traitement de canal ou à la facture salée qu’on va te présenter à la sortie.

Bref, mon point, c’est que souvent notre cerveau se crée tout un tas d’histoires dramatiques à propos de la création de contenu et de la visibilité, alors qu’il pourrait simplement traiter ça comme ce que c’est : un geste d’hygiène marketing.

Choix > Drama

Dans une entreprise, une des fonctions-clés — au même stade que la comptabilité ou la production ou les opérations — c’est le marketing.

Le plut tôt on élimine le drama autour de la fonction marketing, le plus vite on peut dire à notre Cerveau qu’il peut bien chialer, nous, on préfère se brosser les dents/promouvoir notre offre/créer du contenu que de ne pas le faire.

Après tout, les résistances que Cerveau nous crée sont là pour nous protéger de ce qu’il perçoit comme des dangers “immédiats” :

👹 Les méchants trolls qui se cachent derrière les écrans et qui vont nous harceler de mots méchants

😒 L’ennui se mettre au boulot et de ne pas recevoir son chèque de paie à la fin

🥲 Le pincement qu’on va ressentir si personne ne like nos publications

😨 Revivre l’humiliation en classe de troisième quand on a coulé notre exam de français

💭 Etc.

Mais une chose qu’il faut se rappeler c’est que ces dangers sont non seulement hypothétiques (aka ils ne sont pas réels)… ils sont souvent nullement liés à la création de contenu elle-même.

[Écoute, je suis dans un mood farceur aujourd’hui, mais je sais très bien que ces traumatismes (réels ou imaginés) peuvent être débilitants. C’est pourquoi je tiens à être respectueuse de ce que tu vis face à ta visibilité et ta présence en ligne et que mon approche inclue autant de travail au niveau des résistances inconscientes.]

Ceci étant dit, une des aptitudes-clés de l’entrepreneure est la régulation émotionnelle.

Apprendre à gérer le bruit que génère ton Cerveau pour pouvoir canaliser ton énergie dans ce que tu décides est le mieux pour toi (aka te faire voir, connaître et reconnaître pour la badass que tu es), c’est la voie vers l’autonomie et la reprise de pouvoir sur les résultats que tu crées dans ton entreprise et dans ta vie.

Parce qu’il faut pas oublier que tu as toujours le choix de ne PAS créer du contenu. Tout comme tu as toujours le choix de ne PAS te brosser les dents.

C’est ton business, c’est ton corps et tu as la totale liberté de ce que tu en fais.

C’est pourquoi la première étape de tout changement, c’est d’abord de t’ancrer dans ta capacité à décider, par et pour toi-même, ce qui est le mieux pour toi.

Action > Motion

Bon. Disons que t’as convaincu Cerveau de te brosser les dents. Mais on le sait, c’est un malin, ce Cerveau.

Du jour au lendemain, il se met à…

  • Magasiner la meilleure brosse à dent en poils de visons…
  • Regarder des heures de tutos sur les mouvements les plus efficaces pour polir tes molaires…
  • Te faire angoisser dans un coin parce que tu as oublié de te brosser les dents ce matin…

Tout ça c’est ce que James Clear dans Atomic Habits appelle une motion.

C’est un mouvement, c’est une intention posée, ça démontre qu’en surface – “rationnellement”, tu as identifié un aspect positif à l’habitude que tu essaies de créer.

Mais si on est honnêtes, toi et moi, on le sait très bien ce qui va t’empêcher d’avoir des caries à la fin de la journée ce n’est pas la marque de brosse à dents hyper performante dans ton cabinet…

Et non. Ce qui va te protéger des caries, c’est… de te brosser les dents!

Parce que c’est dans l’Action que se trouve la Transformation.

Tu peux passer des années à analyser tes témoignages-clients, à chercher la meilleure chaise pour écrire, à accumuler les trucs de copywriting… c’est en écrivant qu’on écrit. Et c’est en te rendant visible qu’on va pouvoir te voir.

Quantité > Qualité

Ce qui mène à ma dernière question rhétorique sur le brossage de dents (promis 😅) :

est-ce que tu penses que tu dois te brosser les dents à la perfection pour avoir des belles dents?

Si t’as dit non, t’as raison.

Quand il est question de pratique, la quantité est toujours plus importante que la qualité.

C’est mieux de pratiquer 15 minutes le piano chaque jour que 2h tous les mois.

Et c’est mieux de produire du contenu moyen tous les jours et qu’on sache que t’existe que de produire un texte hyper extra parfait une fois par mois qui va finir dans les courriels non-lus de ta liste moribonde.

Sachant cela, une bonne stratégie pour rester constante, c’est de coupler ta création à une activité que tu fais déjà régulièrement. Et points bonis si en plus tu ajoutes un petit dessert le fun à tout ça.

Ex. Après m’être servi mon premier café… je vais écrire ma publication du jour.

Une fois ma publication écrite… je vais aller donner un gros câlin à mon chien. 🐕

Tu vas voir qu’à la longue, Cerveau va voir qu’il s’était peut-être monté un grand bateau pour rien autour de cette histoire de contenu et il va se distraire avec son prochain scénario de fin du monde pour finalement te laisser tranquille avec ton calendrier éditorial.

A L L I S C H I L L.

La création de contenu peut devenir un geste banal, non-émotif et même plaisant dans tes routines d’entrepreneure.

Si tu mets le focus sur cette tâche comme un moment de connexion avec tes clients et avec ta communauté — oui, oui, celle que tu as intentionnellement choisie de servir parce qu’elle fait vibrer ton coeur — tu vas rapidement voir que le plus important, c’est ta présence.

Montre-nous que tu es là. Montre-nous que tu penses à nous. Montre-nous que tu care.

Et à la longue, la connexion ne peut que se créer.

Et puis ultimement, du bon marketing ce n’est que ça : initier la connexion entre des humains qui ont intérêt à se connaître.

J’espère que mon analogie 🦷🪥 va rester avec toi la prochaine fois que tu te bats contre la page blanche.

Mentionné dans cet épisode :

Ne manque aucun épisode de L’Ambition au Féminin!

Inscris-toi pour recevoir un rappel par courriel tous les lundis.

Transcription de l’épisode 145

Ep. 145 À propos de ton hygiène marketing

[00:00:00.000] – Tatiana St-Louis

Vous écoutez l’Ambition au Féminin, épisode 145 et aujourd’hui, on parle d’hygiène marketing.

[00:00:06.630] – Tatiana St-Louis

Mon nom est Tatiana St-Louis et j’anime l’Ambition au Féminin, un podcast pour toutes les femmes pleines de vision, de talent et de drive qui désirent redéfinir le succès selon LEURS termes et LEURS conditions. Chaque semaine, j’explore, seule ou en présence d’invités, les thèmes entourant la réussite professionnelle et personnelle. Mindset, productivité, leadership, branding personnel… C’est LE rendez-vous pour réfléchir à la façon dont TU veux vivre ton plein potentiel et laisser ton empreinte dans le monde.

[00:00:41.870] – Tatiana St-Louis

Salut les ambitieuses! J’espère que vous allez bien aujourd’hui. Aujourd’hui, j’ai un petit épisode qui émane de conversations que j’ai eu récemment dans MoneyBrand avec mes clientes et qui m’a fait vraiment beaucoup réfléchir à la place qu’on donne au marketing dans notre entreprise, enfin pas juste la place, mais aussi la résistance qui entoure la fonction marketing dans l’entreprise. C’est sûr que moi, je travaille en positionnement, en marketing de contenu, je travaille beaucoup avec des femmes entrepreneures qui veulent prendre leur place en ligne, mais qui ont des blocages, des résistances, des choses qui viennent dans le chemin, puis qui les empêchent de s’asseoir à leur ordinateur et juste publier leur contenu. C’est pas qu’elles ne sont pas intelligentes, ce n’est pas qu’elles ne savent pas quoi écrire, ce n’est pas qu’elles ne savent pas quoi dire, ce n’est pas qu’elles ont rien à dire. C’est vraiment que dans l’acte marketing, il y a des choses qui viennent se mettre… Des bâtons dans les roues là, qui sont à la fois psychologiques et émotionnels, parfois issus d’anciens traumas, qui viennent empêcher l’acte de visibilité. Aujourd’hui, c’est un peu ça que je voulais adresser avec vous, parce que quand je leur ai enregistré un petit mot – parce que dans MoneyBrand, souvent, je leur laisse des réflexions vidéo, je fais des petits lives pour leur parler de certaines problématiques que je vois qui sont récurrentes – j’avais trouvé une super bonne analogie avec le brossage des dents et j’avais envie de vous la partager parce que je pense que ça pourrait être vraiment utile pour vous, surtout si vous essayez de mettre en place une pratique de notoriété, une pratique de contenu et que vous avez envie de vous mettre plus out there, de plus show up, mais que vous aussi, vous avez cette résistance autour du marketing qui vous empêche parfois de faire des actes qui ont l’air bien simples, mais qui sont contrebalancés par des pensées négatives ou par le fait que vous n’ayez pas envie ou par tout un tas de drama que notre cerveau va nous dire.

[00:02:15.960] – Tatiana St-Louis

Cet épisode a été partagé comme infolettre aussi. J’avais envie d’y aller assez loose avec vous et de lire l’infolettre en même temps que je commente certaines parties si je vois que c’est pertinent, mais je voulais avoir les parties, que vous puissiez réfléchir à ces trois grandes notions autour de l’hygiène marketing que je pense qui sont super importantes et que vous allez pouvoir adopter, pas juste pour le marketing, mais pour d’autres habitudes que vous avez dans votre vie. Je commençais le texte, la réflexion en demandant « Combien de temps dans ta journée tu passes à réfléchir à te brosser les dents? »

[00:03:45.830] – Tatiana St-Louis

Je vais prendre un guess et dire « Pas beaucoup » parce que se brosser les dents, c’est une action neutre et assez banale. C’est une pratique qu’on a intégrée dans notre journée, qui ne génère pas de haut ou de bas émotionnel. Probablement que le brossage de dents fait partie de tes routines que tu fais de façon automatique, sans y investir beaucoup de ton identité. Tu es pas en train de te poser des questions existentielles sur qui tu es, ce que tu as envie de faire de ta vie et le leg que tu vas laisser à tes enfants quand tu te brosses les dents. C’est un geste d’hygiène qui a des bénéfices réels sur ta santé et ton bien-être. Et pour cette raison, tu l’as probablement catégorisé mentalement comme un rituel plate, mais nécessaire. Parce qu’ultimement, tu préfères te brosser les dents, tu préfères être une personne qui se brosse les dents plutôt qu’une personne qui ne se brosse pas les dents et donc qui a une hygiène buccale douteuse. Pis ça, on s’entend un peu dans la société en général, on n’y pense pas deux ou trois fois, on se dit « Bon, moi, je vais me brosser les dents. »

[00:04:56.570] – Tatiana St-Louis

Bon, pourquoi je raconte ça? C’est que dans ton entreprise, travailler sur ton marketing, c’est l’équivalent de te brosser les dents. Tu peux essayer de l’éviter, mais ça fera pas long feu avant que la plaque commence à s’accumuler. Puis là, soudainement, sans crier gare, tu te ramasses aveuglé par un gros projecteur avec le son des appareils dentaires dans tes oreilles, puis tu sais plus si tu pleures parce que tu as mal à cause de ton traitement de canal ou parce que tu sais combien tu vas payer ton dentiste pour la procédure que tu viens d’avoir. Bon, ça, c’était un petit peu d’humour, mais tu comprends mon point, c’est que souvent, notre cerveau, il se crée tout un tas d’histoires dramatiques à propos de la création de contenu, de la visibilité, du marketing, du positionnement, de la notoriété, alors que notre cerveau pourrait simplement traiter ça comme ce que c’est : un geste d’hygiène marketing. Ce qui est important ici à se rappeler, c’est que dans une entreprise, une des fonctions clés – au même stable que la comptabilité, la production, les opérations – c’est le marketing. Ça fait partie de toutes les business, qu’on soit online, qu’on soit offline, qu’on soit petit, qu’on soit gros, tout le monde fait du marketing.

[00:06:12.420] – Tatiana St-Louis

Donc, le plus tôt, on élimine le drama, le drame autour de la fonction marketing, le plus vite on peut dire à notre cerveau qui peut bien chialer,  nous, on préfère se brosser les dents – ou promouvoir notre offre ou créer du contenu – que de ne pas le faire. Parce qu’après tout, les résistances que le cerveau va nous créer, ces résistances-là sont là pour protéger ce que, le dit cerveau, perçoit comme des dangers immédiats, des dangers comme les trolls qui se cachent derrière les écrans, puis qui vont nous harceler de mots méchants si jamais on publie quelque chose avec lequel ils ne sont pas d’accord. L’ennui de se mettre au travail, puis de ne pas recevoir un chèque de paye, de ne pas se faire payer et de travailler fort sur des ateliers ou sur du contenu LinkedIn ou peu importe, puis il n’y a pas de like, il n’y a pas d’achat, il n’y a pas de conversion. Un autre danger, c’est le pincement de ressentir justement de ne pas recevoir de like, de ne pas recevoir d’attention, se faire « ignorer », le danger de revivre une humiliation qu’on aurait pu vivre en troisième année quand on a coulé notre examen français, etc.

[00:07:27.240] – Tatiana St-Louis

Les résistances qui vont venir à notre cerveau, souvent, elles sont juste là pour dire comme « Arrête, arrête, arrête, il y a un danger devant nous et j’aimerais que tu arrêtes l’action que tu es en train de poser parce que tu vas mourir, littéralement. » Mais ce qu’il faut se rappeler, c’est que ces dangers que je viens de nommer, non seulement ils sont hypothétiques, ils ne sont pas encore arrivés, ils ne sont pas réels, mais ils sont souvent zéro liés à la création de contenu elle-même. Puis là, je fais une petite parenthèse ici, naturellement, parce que je fais une analogie avec le brossage de dent, mais je sais très bien qu’on vit tous avec des traumatismes réels ou imaginés qui peuvent être débilitants, qui peuvent nous empêcher, qui peuvent nous paralyser dans nos actions quotidiennes. C’est pourquoi je veux quand même dire que je suis respectueuse de ce que n’importe qui vit face à leur visibilité ou leur présence en ligne, puis que dans mon approche, j’ai beaucoup travaillé pour être très informée autour des traumas, autour des résistances inconscientes. C’est pour ça que je travaille avec l’hypnose, c’est pour ça que je travaille avec l’inconscient, parce que je sais que même si ça a l’air évident, ce n’est pas un vrai danger, ce n’est pas quelque chose qui va nous…

[00:08:48.610] – Tatiana St-Louis

On va pas mourir à cause qu’on publie du contenu, je sais aussi qu’il y a des résistances inconscientes qui sont débilitantes. Bref, ça, c’était la fin de la parenthèse. Ceci dit, une autre des aptitudes clés de l’entrepreneur, c’est la régulation émotionnelle. Qu’est-ce que ça veut dire? Ça, c’est apprendre à gérer le bruit que génère notre cerveau pour qu’on puisse ensuite canaliser notre énergie dans ce que NOUS décidons qui est le mieux pour nous. Dans ce cas-ci, on a parlé du brossage de dents, mais dans le cas de la business, c’est le marketing, se faire voir, se faire connaître, se faire reconnaître parce qu’on a des choses à dire, participer à des conversations, vendre nos services parce qu’on sait que ça peut régler un problème important, etc. Donc, apprendre à gérer ce bruit-là, c’est une aptitude clé de l’entrepreneur et c’est la voie vers l’autonomie et la reprise de pouvoir sur les résultats qu’on crée dans notre entreprise et dans notre vie. Parce que ce qu’il ne faut pas oublier, c’est qu’on a toujours le choix de ne pas créer du contenu. Tout comme on a toujours le choix de ne pas se brosser les dents.

[00:09:53.990] – Tatiana St-Louis

C’est notre business, c’est notre corps et on a la totale liberté de ce qu’on en fait. Mais si on choisit par contre que ça nous ferait du bien de faire ce marketing, d’avoir cette visibilité-là, on établit le choix au-delà des résistances automatiques que notre cerveau nous offre. C’est pourquoi moi, je considère que la première étape de tout changement, c’est d’abord de t’ancrer dans ta capacité à décider, par et pour toi-même, ce qui est le mieux pour toi. Donc, le choix devient plus important que le drama. Bon, maintenant, disons qu’on a convaincu notre cerveau qu’il faut se brosser les dents tous les matins. Mais on sait, notre cerveau, il n’est pas né de la dernière pluie, il a évolué à travers les millénaires pour nous protéger des dangers devant nous. Du jour au lendemain, il se met à, par exemple, magasiner la meilleure brosse à dent en poils de vison. Il se met à regarder des heures de tutoriel sur les mouvements les plus efficaces pour polir nos molaires. Il nous fait angoisser dans un coin parce qu’on a oublié de se brosser les dents ce matin. Il dit « My God! On va aller chez le dentiste, on voit une carie. Qu’est-ce qui va arriver? Les assurances, blablabla. »

[00:11:06.540] – Tatiana St-Louis

Tout ça, c’est ce que James Clear, dans son livre Atomic Habits, appelle une « motion ». Une « motion », c’est un mouvement, c’est une intention posée. Ça démontre qu’en surface, rationnellement, on a identifié un aspect positif à l’habitude qu’on essaye de créer. Mais si on est honnête, on sait très bien que ce qui va vraiment nous empêcher d’avoir des caries à la fin de la journée, ce n’est pas la marque de brosses à dents qu’on a choisie, ce n’est pas le nombre de tutoriels qu’on fait, ce n’est pas les mouvements qu’on établit dans telle direction, dans le sens des aiguilles d’une montre ou peu importe. Ce qui va vraiment nous protéger des caries, c’est de se brosser les dents. Parce que c’est dans l’action que se trouve la transformation et non pas dans la motion. Donc l’action est toujours supérieure à la motion. Parce qu’on peut passer des années, quand il est question de notre marketing, à analyser des témoignages clients, à chercher la meilleure chaise pour écrire, à accumuler des trucs de copywriting, à refaire notre offre de service, à faire le back-end de notre site, etc, à refaire notre logo et notre brand, c’est en écrivant qu’on écrit et c’est en se rendant visible qu’on se fait voir.

[00:12:22.280] – Tatiana St-Louis

Ce qui mène à ma dernière question rhétorique sur le brossage des dents qui est : « Est-ce que tu penses que tu dois te brosser les dents à la perfection pour avoir des belles dents ou pour ne pas avoir de caries? » Naturellement, tu as compris jusqu’à maintenant, la réponse est non. Parce que quand il est question de pratique, pratique dans le sens d’une habitude, d’un rituel qu’on a dans notre vie, la quantité est toujours plus importante que la qualité. C’est mieux de pratiquer 15 minutes de piano chaque jour que deux heures une fois par mois. Et c’est mieux de produire du contenu moyen tous les jours, si c’est ça ton rythme, pour qu’on sache que tu existes, que de produire un texte hyper extra parfait une fois par mois qui va finir dans les courriels non lus d’une liste que tu t’occupes même pas. Donc, sachant ça, une bonne stratégie pour rester constante, c’est de coupler ta création de contenu, par exemple, à une activité que tu fais déjà régulièrement. Point bonus, si en plus tu ajoutes un petit dessert le fun à tout ça, puis dessert c’est métaphorique.

[00:13:32.990] – Tatiana St-Louis

Je te donne un exemple : Après t’être servi ton premier café, tu te dis « Après m’être servi mon premier café, j’écris ma publication du jour. Comme ça, j’ai mon café chaud avec moi, j’ai comme un incentive. Et une fois ma publication écrite, je vais aller donner un gros câlin à mon chien pour avoir toute la dopamine puis l’oxytocine que ce geste va me créer, puis que mon cerveau commence à identifier qu’écrire le contenu, c’est quelque chose de safe, c’est quelque chose qu’on a établi dans notre rituel, c’est quelque chose qu’on ne se pose pas de questions ». À la longue, cerveau, il va voir qu’il s’est peut-être monté un grand bateau pour rien autour de cette histoire de contenu, puis il va se distraire avec son prochain scénario de fin du monde. Il va nous laisser tranquilles avec notre calendrier de contenu. Je te raconte tout ça parce que c’est important des fois de juste prendre un moment pour repeser sur le bouton « reset » pour revenir aux bases, puis réaliser que la création de contenu peut devenir un geste vraiment banal. Ce n’est pas obligé d’être émotif, ce n’est pas obligé d’être déplaisant. Ça peut s’imbriquer facilement dans tes routines d’entrepreneur.

[00:14:44.030] – Tatiana St-Louis

Si tu mets aussi le focus sur la tâche de création de contenu ou sur la tâche de marketing comme un moment de connexion avec tes clients et avec ta communauté – puis on se rappelle : on a une communauté qu’on a choisie parce qu’on est des entrepreneures et puis on est intentionnelles dans nos positionnements, on l’a choisie parce que c’est elle qui fait vibrer notre cœur, c’est elle qu’on veut servir, c’est elle qu’on veut voir réussir – si on met le focus comme un moment de connexion avec ces clients-là, avec cette communauté-là, on va rapidement être en mesure de voir que le plus important, c’est notre présence. « Montre-nous que tu es là. Montre-nous que tu existes. Montre-nous que tu penses à nous. Montre-nous que tu care. » À la longue, la connexion va se créer avec les gens. Puis, ultimement, du bon marketing, c’est juste ça. Initier la connexion entre humains qui ont des intérêts à se connaître mutuellement. J’ai intérêt à connaître mes clients, mes clients ont intérêt à me connaître parce que j’ai quelque chose à leur apporter. Et puis moi, je veux les voir évoluer dans leur cheminement. J’espère que mon analogie va rester avec toi la prochaine fois que tu te bats contre la page blanche.

[00:15:58.210] – Tatiana St-Louis

Je te souhaite une belle journée. Et à la prochaine.

[00:16:00.160] – Tatiana St-Louis

Salut les ambitieuses. Je fais une petite pause dans l’épisode pour te parler de quelque chose de vraiment important. On ne va pas se mentir, les dernières années ont été rough pour beaucoup d’entrepreneures. Pour certaines, ça a voulu dire de retourner sur le marché de l’emploi, pour d’autres, redéfinir ses offres ou changer sa clientèle.

[00:16:17.420] – Tatiana St-Louis

Et au cours des huit dernières années, j’ai vu des centaines d’entrepreneurs motivés et pleins de talent, obligés de fermer les portes par manque de rentabilité ou de momentum. Parce qu’on ne va pas se mentir, grâce au pouvoir du Web et des réseaux sociaux, il n’a jamais été plus facile qu’aujourd’hui d’avoir sa propre entreprise. Le défi, c’est d’y rester maître à bord, ancré dans sa vision, peu importe les tempêtes qu’on rencontre au fil des ans. Si je te dis ça, ce n’est surtout pas pour te décourager. Au contraire, si ton entreprise existe encore, peu importe la forme qu’elle a, temps partiel, temps plein, online, offline, tu as de quoi être fière. Je ne dis pas ça à la légère. Il faut avoir les reins solides pour garder la tête hors de l’eau à travers une pandémie, un ralentissement économique et une crise de l’emploi.

[00:17:06.900] – Tatiana St-Louis

Mais je pense aussi que si tu es là, si ton entreprise a survécu jusqu’à aujourd’hui, c’est que tu as l’étincelle pour faire de ta business un success story sur le long terme. Peu importe si ton ambition, c’est de ramener 10 000 ou 100 000 dollars par mois, de prendre des vacances au soleil ou des après- midi à faire l’école à la maison à tes enfants, si tu es encore debout, c’est que tu as les fondations. Mais il ne faut pas se faire d’illusions. Ton énergie est limitée. Tu ne peux pas brûler la chandelle par les deux bouts. Et pour continuer, tu as besoin de trouver un équilibre entre croissance et stabilisation. Et la clé vers cet équilibre, c’est la force de tes systèmes. Et crois-en mes sept années d’entrepreneuriat à faire croître mon équipe, mon plaisir et mes profits, je l’ai expérimenté au premier plan : ce sont tes systèmes qui te supportent jour après jour. Pour que tu puisses enfin relaxer dans ton entreprise, même quand le monde est sans dessus dessous. Cet hiver, je vais ouvrir les portes de mon nouveau programme signature, Autopoiesis.

[00:18:15.590] – Tatiana St-Louis

Ça fait plus de six mois que je travaille sur cet hybride entre un mastermind et un parcours de développement entrepreneurial pour te faire travailler dans les mécanismes les plus importants de ton business durable. Bye bye « Hustle », bye bye doutes et découragement. Tu es devenu entrepreneure pour faire du bien à toi, à tes clients et à ceux qui t’entourent. Et là, on va optimiser chaque partie de ton entreprise pour y arriver. Rejoins la liste d’attente pour être aux premières loges lors de l’ouverture des inscriptions et profiter des rabais, bonus et autres goodies que je réserve à la première cohorte qui bénéficiera du prix le plus bas auquel le programme sera vendu. Pour t’inscrire, c’est facile : rends-toi sur aimetamarque.com/ap et entre tes infos. C’est gratuit, c’est sans engagement, mais mon instinct me dit que c’est exactement le type de support à la fois stratégique et expérientiel que tu cherchais. All right, ma chère, c’est à aimetamarque.com/ap. N’oublie pas que si tu cherches le lien, il est dans les notes de l’épisode. On se dit à très vite.

Une révolution business se trame pour janvier 2024.

Rejoins la liste d’attente activer ton privilège de premier accès + des rabais scandaleux. 😳

à propos de l’auteureTatiana St-Louis

Adepte de littérature russe et collectionneuse de lunettes de designer, Tatiana a fondé Aime Ta Marque pour donner des outils aux femmes de carrière et entrepreneures pour mieux raconter leur histoire personnelle. Spécialiste des communications basée à Montréal, elle s'implique au sein de plusieurs communautés visant au développement professionnel des femmes.
Ep 145 A propos de ton hygiène marketing

Recherche

partage cet épisode

Pin It on Pinterest

Share This