Ep. 42 Collaborations, affiliations, échanges de services, comment choisir les bonnes opportunités

Ep. 42 Collaborations, échanges de service et affiliations : comment choisir les bonnes opportunités?

Le sujet des partenariats, collaborations, échanges de services et affiliations en est un que je veux aborder depuis longtemps parce qu’il se pointe le nez très tôt dans notre vie d’entrepreneuse.

Particulièrement populaire auprès des entreprises en démarrage, ce genre de partenariat est souvent vu comme une manière de se faire un nom, augmenter sa visibilité ou agrandir son réseau professionnel. 

Aujourd’hui, je veux donc parler de comment bien choisir ses collaborations gratuites. Comment éviter les abus de pouvoir, les pertes de temps, et les pièges émotionnels qui viennent avec le travail qui n’est pas traditionnellement rémunéré.

Tu peux écouter la version podcast de cet article sur L’Ambition au Féminin juste ici : 

Collaborations non rémunérées, affiliations et échanges de services

Définissons d’abord nos termes.

COLLABORATION

Dans le merveilleux monde du web, une collaboration renvoie généralement à l’acte de volontairement prêter sa plume ou son nom, ou d’effectuer un travail quelconque, pour le bénéfice d’une autre entreprise et en échange de visibilité.

Par exemple, en échange d’un article original ou d’une série exclusive de photos, une entreprise pourrait nous proposer de publier le contenu sur leur site web afin que l’on bénéficie du trafic qu’ils attirent sur leur plateforme. Ce type de promotion en échange de travail peut prendre la forme d’une simple mention (donner crédit), de publicité gratuite, de contenu dédié sur leurs pages de réseaux sociaux, etc.

Ce type de collaborations est très rarement payé.

Pour que ce genre de collaboration soit bénéfique, elle doit découler d’objectifs communs : j’ai une plateforme, tu as un talent, on va se mettre ensemble pour créer quelque chose de bon. Dans le meilleur des mondes, chacun tire quelque chose de cet échange.

AFFILIATION

Lorsqu’il est question d’affiliation, la rémunération entre invariablement en jeu.

Il existe plusieurs types d’affiliations. La formule la plus répandue est celle d’accepter de vendre le produit ou le service d’un tiers en échange d’un pourcentage sur chacune de ces ventes.

Il s’agit donc de capitaliser sur notre réseau de contact et notre communauté pour mettre de l’avant le produit d’un autre.

ÉCHANGE DE SERVICE

Enfin, l’échange de service, quant à lui, se base davantage sur le partage d’expertise. 

Il n’y a pas de transaction monétaire entre les deux partis, mais les services offerts de parts et d’autres représentent un certain montant qui a été établi au départ selon le pricing de chacune des parties. L’argent n’entre pas en jeu, mais son concept en demeure à la base de cette rétribution.

Un échange de service devrait être gagnant-gagnant entre deux personnes qui ont réellement besoin des services l’un de l’autre.

Les collaborations gratuites, un passage obligé?

En tant que nouvel entrepreneur, il est normal de se demander si on doit nécessairement miser sur ce type d’échange non-rémunéré pour se faire reconnaître dans notre milieu.

Répondre à cette question est plus complexe qu’il n’y paraît. Si tu veux initier la réflexion, je t’encourage à écouter cet excellent épisode du podcast Les Instigateurs.

Mais afin d’illustrer mes propos, laisse-moi te raconter mon parcours pour ajouter un peu de nuance à la question.

Mon expérience des collaborations

De mon côté, je suis rédactrice de formation, en plus d’avoir une maîtrise en littérature. Lorsque j’ai lancé Aime Ta Marque, je pensais que j’allais écrire pour le web.

De ce fait, ma stratégie a été, pendant un certain temps, de miser sur mon contenu pour me faire connaître. Je devais donc amener du trafic sur mon blogue le plus rapidement possible.

Mon premier réflexe a donc été de publier sur un blogue collaboratif qui obtenait énormément de visibilité à l’époque. Mon but était d’utiliser cette plateforme comme levier pour attirer des lecteurs sur mon site via la stratégie SEO des backlinks.

Finalement, je n’ai pas créé le réseau ni les contacts que j’aurais voulu retirer de cette collaboration, car je n’étais pas dans « la clique » des rédacteurs les plus populaires. J’ai donc perdu mon temps pendant 6 à 8 mois.

En rétrospective, le fait d’avoir été détachée émotionnellement de cette collaboration était une bonne chose. Dans mon cas, j’avais un objectif d’affaires clair, chose qui n’est pas toujours le cas chez de nouvelles créatrices de contenu.

Cependant, bien que l’expérience ait été riche en apprentissages, j’ai identifié une grosse erreur. En effet, mon offre de service n’était pas suffisamment claire dès le début.

J’ai perdu mon temps à créer du contenu pour d’autres alors que j’aurais du focuser sur créer mon offre de service et du contenu pour moi-même exclusivement.

Morale de cette petite histoire… C’est lorsque ton offre est claire que tu peux réellement évaluer dans quel autre terrain de jeu aller et avec qui tu veux t’associer.

Le travail non rémunérés et l’entrepreneuriat au féminin

J’ai remarqué au fil du temps et à force de      les groupe d’entrepreneuriat féminin que la question des collaborations semble particulièrement problématique.

Les valeurs de générosité et d’entraide sont très genrées dans le milieu entrepreneurial (et dans la société en général). C’est inconsciemment demandé d’une femme de posséder et d’exhiber ces qualités dans la plupart des sphères de sa vie.

À lire aussi : 5 stéréotypes féminins qui nuisent à votre avancement professionnel

Le milieu de l’entrepreneuriat au féminin repose donc beaucoup sur un système d’entraide, d’échange et de collaboration, et les demandes de partenariats jouent sur cet aspect émotionnel. Ainsi, de nombreuses femmes se sentent coupables de refuser des collaborations gratuites sous peine de passer pour égoïstes ou non-compréhensives des réalités de la femme entrepreneur.

Prenons comme exemple les industries de la mode ou du mariage. Les demandes de collaborations abondent, alors que les entrepreneuses effectuent beaucoup de travail non rémunéré dans l’espoir d’apparaître dans une publicité, un magazine ou une vague de concours.

Ce qui crée ensuite de la frustration c’est que les résultats ne sont pas toujours au rendez-vous suite à ce travail considérable. 

En effet, c’est très rare que l’on puisse faire confiance à quelqu’un d’autre pour faire notre propre promotion, surtout quand cette autre personne a des intérêts commerciaux individuels.

Accepter une nouvelle collaboration devrait donc prendre en compte ce contexte social dans lequel est placée la femme qui accepte, mais aussi les dimensions psychologiques qui entrent en jeu lorsque l’on décide de travailler gratuitement.

Abus de pouvoir lors des collaborations non rémunérées

Parce que oui, travailler gratuitement pour augmenter sa notoriété peut cacher un autre manque à pallier. Se montrer généreuse de son travail et de son expertise peut parfois avoir comme but de satisfaire le désir d’obtenir un support émotionnel, de faire partie d’un groupe, de recevoir le respect de certaines personnes.

Par exemple, certaines personnes vont participer à des partenariats parce qu’elles rêvent de faire le même travail que la personne pour qui elles vont collaborer, ou parce qu’elles sont admiratives de cette personne.

C’est un cas que l’on voit notamment avec les influenceuses qui sont très présentes dans la médiasphère. 

Il faut faire très attention, autant quand on propose que quand l’on accepte une collaboration, car ce type de situation débalancée peut attirer des gens en position de vulnérabilité.

4 questions à te poser avant d’accepter une collaboration

Enfin, pour terminer cet article, je voulais te laisser avec quelques questions pour t’aider à évaluer si tu devrais dire oui ou non à une collaboration.

1. Qui est cette personne qui te propose une collaboration?

Comment cette personne fait-elle de l’argent ? Est-ce qu’elle a les moyens de te rémunérer, mais choisit de ne pas le faire?

Son entreprise repose-t-elle complètement sur le travail bénévole des autres?

Cette personne a-t-elle des exigences élevées, t’impose des deadlines?

Si tu vois que tu es perçue comme du cheap labor, pour augmenter le chiffre d’affaire de quelqu’un d’autre, peut-être ce type d’échange est à reconsidérer.

2. Quel est l’objectif que tu souhaites atteindre avec cette collaboration?

Est-ce de percer dans un nouveau marché? Obtenir plus de visibilité? Ou garnir ton portfolio?

À mon avis, travailler pour de la visibilité est le pire objectif à avoir. Il faut être plus clair sur ce qu’une collaboration t’apportera sur le court et le long terme pour être capable de bien évaluer dans quoi tu investis ton temps. 

Sois très clair sur la quantité de travail à accomplir, la durée du partenariat, et l’utilisation que tu pourras faire des résultats de cette collaboration.

3. Quelle quantité  travail est-ce que cette collaboration implique?

Combien d’articles par mois dois-tu écrire? Combien d’heures par semaine est-ce que cela représente? Et surtout, combien valent ces heures-là dans ta business aujourd’hui?

Il faut réfléchir à la valeur de ton travail, et pas seulement à combien de temps il te faudra pour accomplir la tâche.

Et n’oublie pas de prendre en compte les déplacements, la préparation, la recherche, etc.!

4. Vas-tu avoir du fun?

Enfin, un des éléments les plus importants à considérer pour des mandats non rémunérés est le plaisir que tu vas en retirer. 

Est-ce que tu aimes l’attitude des gens avec qui tu vas collaborer? Avez-vous les mêmes valeurs?

Évalue non seulement si tu vas effectuer le travail le coeur léger, mais aussi si cette collaboration aura un impact sur tes contrats payants. Si tu dois mettre de côté un mandat à cause d’une collaboration, c’est possible que ça affecte ton bien-être global dans ton entreprise.  

Comment la culture de la gratuité se manifeste-t-elle dans ton industrie ou dans ton entreprise?  Comment vis-tu avec la réalité des collaborations non rémunérées? As-tu fait un partenariat non rémunéré pour promouvoir ton entreprise?

Curieuse de te lire en commentaire.

[convertkit form=1331499]

Partager ce billet

À propos de l'auteure
Tatiana St-Louis

Tatiana St-Louis

Facebook

Adepte de littérature russe et collectionneuse de lunettes de designer, Tatiana a fondé Aime Ta Marque pour donner des outils aux femmes de carrière et entrepreneures pour mieux raconter leur histoire personnelle. Spécialiste des communications basée à Montréal, elle s'implique au sein de plusieurs communautés visant au développement professionnel des femmes.

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.