La méditation en pleine conscience : être là, présent, avec soi-même

Pleine conscience - Aime ta marque

Les gens qui me connaissent un tant soit peu savent que mes horaires sont réglés au quart de tour. Semaine et week-end inclus. La maximisation du temps, la planification, l’optimisation sont des exercices mentaux qui me procurent un réel plaisir, comme si je réussissais un puzzle complexe, ou que je plaçais toutes les plaquettes du Jenga sur un même axe, sans que rien ne dépasse. Une structure en équilibre. Pas un poil de travers.

Dans un contexte corporatif, c’est parfois idéal. Taylorisme hérité. Mais cette tendance peut aussi se transformer en danger important, surtout si le « plan » ne se réalise pas comme prévu. Angoisse.

MIndfulness Retreat, Pleine conscience

Retraite silencieuse. J’étais particulièrement heureuse d’entendre le bruit du gong.

Ainsi, plusieurs seront peut-être surpris d’apprendre que le week-end passé, j’ai passé la majorité de ma journée en silence, dans une salle de yoga, à ne rien faire d’autre que de méditer. Pas de liste d’épicerie à faire, pas de chien à promener, pas de brunch au centre-ville, pas de magasinage de dernière minute chez IKEA. Seulement six heures ininterrompues avec moi-même. Ça sonne BoBo-Hipster (ou même peut-être hautement anxiolytique pour certains!), je sais. Mais suspendez votre jugement. Le fait est que, depuis six semaines déjà, je participe à un atelier de réduction de stress basé sur la pleine conscience. Et samedi, c’était un peu mon immersion, mon « stage ».

Brève contextualisation : récemment, j’en avais beaucoup sur mon assiette. Gros projet au travail avec échéances serrées, achat de mon premier condo, planification du déménagement, cours à distance… J’avais besoin d’un coup de main pour gérer. C’est par les RH de mon employeur que j’ai eu connaissance de la Pleine Conscience (je vais utiliser le terme anglais, Mindfulness, juste parce que ça sonne bien dans mon oreille).

Le cours est donné par la MindSpace Clinic, qui possède une succursale à Westmount et une autre sur le Plateau. Il s’agit de séances hebdomadaires en groupe d’une durée deux heures, et ce pendant huit semaines. Sans être une thérapie de groupe, le but de l’atelier est d’initier les participants à la pratique de la pleine conscience, un concept dérivé de l’Éveil que l’on retrouve dans la philosophie bouddhiste. On a des devoirs, des pratiques formelles et des pratiques informelles, toutes reliées à la Mindfulness.

S'inscrire à l'infolettre.En effet, de plus en plus de chercheurs – autant en neurologie qu’en médecine ou en psychologie – s’intéressent aux effets de la méditation sur l’activité cérébrale, la réduction du stress et la santé générale des praticiens. Grosso modo, rien dans ces études qui m’aurait découragé de l’essayer. Au contraire. Tandis que certaines autres pratiques gourou-chic-nouvel-âge tendent à susciter plus de doute et de résistance qu’autre chose, la Mindfulness semble faire ses preuves auprès de la communauté scientifique. De quoi rassurer notre petit côté analytico-rationnel d’Occidental.

Sans rentrer dans les détails, l’objectif global de la pratique est de se reconnecter avec sa réalité, autant intérieure qu’extérieure : nos sentiments, nos sensations, nos pensées, nos angoisses, nos douleurs… et de sans cesse renouveler l’exercice afin de bien saisir l’instant éphémère et fluctuant qui nous définit à ce moment.

Comme toute pratique, ça prend de la discipline, les résultats ne sont pas toujours présents et une certaine dose de confiance s’impose. Il faut être ouvert d’esprit, prêt à vivre notre expérience sans jugement et être patient avec soi-même et les autres. En d’autres mots, il faut se défaire de notre recherche de permanence et d’immédiateté et réaliser que l’instant est, mais aussi qu’il passe et se renouvelle sans cesse.

Les participants qui m’accompagnent proviennent de milieux divers et ont des objectifs assez variés. Certains sont là pour des douleurs chroniques, d’autres veulent intégrer leurs apprentissages au travail (kinésiologues et intervenants, par exemple), d’autres, comme moi, veulent simplement s’armer de nouveaux outils pour la vie de tous les jours.

MIndfulness Retreat

Citation de Viktor Frankl

Je dois avouer que c’est un programme vraiment fascinant qui m’a ouvert les yeux sur beaucoup de choses, principalement sur moi-même et sur la façon avec laquelle je gère le stress et les divers évènements de ma vie, heureux ou malheureux. Mais puisque les bénéfices de toute pratique se retrouvent dans la constance, il est nécessaire de faire une place pour la méditation dans sa routine, comme on le fait pour l’exercice physique ou nos sorties entre amis. Le programme permet plusieurs stratégies pour y arriver. Mais tout cela, sans mettre de la pression supplémentaire, bien entendu. En effet, l’une des choses que la Mindfulness nous rappelle, c’est qu’il y a des moments ou la performance, le jugement et l’idée de réussite doivent être suspendus. Méditer permet de créer de ces moments.

Alors, pour terminer, je vous laisse avec une petite pensée automnale. Dans la frénésie de la rentrée qui nous envahit, avec la liste de choses à faire aussi longue que la liste de livres à acheter, il sera d’autant plus important de prendre un temps pour soi. De tout arrêter et de seulement réaliser que nous sommes là, présents à cet instant, et que tout va bien.

Voici quelques liens utiles si vous désirez explorer ce qu’est la méditation en pleine conscience : MindSpace Clinic

Un entretien avec Jon Kabat-Zinn, l’un des pionniers et instigateurs de la médecine corps-esprit, dans Psychologies

Practicing Mindfulness: An Introduction to Meditation: Un cours que j’ai trouvé sur Audible (en anglais malheureusement). Je n’ai pas terminé de l’écouter, mais à date c’est assez instructif et les commentaires sont bons. Ça me permet de rester ancrée dans la pratique et c’est très bon pour débuter. La série Great Courses est habituellement assez solide.

Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à l’infolettre ou suivez Aime Ta Marque sur Facebook!

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager ce billet

À propos de l'auteure

Tatiana St-Louis

Facebook

Adepte de littérature russe et collectionneuse de lunettes de designer, Tatiana a fondé Aime Ta Marque pour donner des outils aux femmes de carrière et entrepreneures pour mieux raconter leur histoire personnelle. Spécialiste des communications-marketing basée à Montréal, elle s'implique au sein de plusieurs communautés visant au développement professionnel des femmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *