Entrevue avec Cynthia Joyal : une recruteuse professionnelle nous confie ses secrets

Entrevue avec Cynthia Joyal, recruteuse professionnelle

Comme bien des gens, vous êtes probablement encore à la recherche de votre employeur de rêve. Celui qui vous proposera un poste dans lequel vous vous sentirez mise au défi, où vous pourrez exhiber vos compétences et dans lequel, bien sûr, vous serez rémunérée à votre juste valeur. Un employeur qui vous fera dire au début d’une journée : « Wow, j’ai de la chance de travailler à cet endroit! »

Et si je vous disais que cet employeur existe?  Et qu’en plus de cela, il est lui aussi à la recherche de la perle rare? Le problème c’est que vous ne vous connaissez pas encore. Entrent en scène les chasseurs de têtes.

Malgré leur nom quelque peu intimidant, les chasseurs de têtes ont une mission bien simple : conclure des alliances heureuses entre employeurs et gens de talent. Ce sont un peu les entremetteurs du milieu professionnel. Comme il s’agit d’un domaine plutôt nébuleux pour certains (après tout, nous sommes plutôt habituées à cogner aux portes des employeurs et non l’inverse), j’ai demandé à Cynthia Joyal, conseillère principale en acquisition de talents pour La Tête Chercheuse, de répondre à quelques questions sur la réalité d’un recruteur professionnel.

Avant de commencer, parle-nous un peu de la Tête Chercheuse

La Tête Chercheuse est un cabinet boutique de dépisteurs de talents basé à Montréal et fondé en 1997 par Louise Descarie. C’est notamment elle qui a initié la formation et les ressources humaines chez Cossette, la célèbre agence de communications. À la Tête Chercheuse, nous nous spécialisons dans les domaines du marketing, des communications, du numérique et des métiers créatifs. Nous travaillons aussi beaucoup de mandats en ressources humaines, en direction générale et en ventes. Présents partout au Québec et parfois même dans le Canada anglophone ou outre-mer, nous offrons aussi de la formation en entreprise, notamment en leadership, team building, planification stratégique, gestion du changement et bien d’autres!

Comment as-tu commencé ta carrière de recruteuse professionnelle?

C’est drôle, mais c’est la Tête Chercheuse qui m’a trouvée! Je suis une fille de communications à la base, mais j’ai toujours eu un intérêt poussé pour les ressources humaines. Même très jeune, j’étais très observatrice. L’humain me fascinait. La Tête Chercheuse m’a découverte par le biais de LinkedIn pour me proposer un poste en marketing. Lors de mon entrevue, je leur ai parlé de mon intérêt pour les RH. Quelques semaines plus tard, on me rappelait non pas pour m’offrir le poste pour lequel j’avais été contactée, mais bien un emploi au sein de leur boîte! J’y suis depuis près de 2 ans déjà.

En quoi une firme de recrutement est-elle une valeur ajoutée pour les chercheurs d’emploi?

Toutes les agences de recrutement ne fonctionnent pas de la même façon. Chez la Tête Chercheuse, on aspire vraiment à connaître l’humain qui se cache derrière le CV. On veut créer le meilleur fit possible, afin que tout le monde, employeur et chercheur d’emploi, en ressorte heureux au bout de la ligne.

Entrevue avec Cynthia Joyal de la Tête Chercheuse

« On encourage les professionnels à venir nous rencontrer sur une base exploratoire, et ce même s’ils ne sont pas en recherche d’emploi. »

Lorsque l’on reçoit un mandat, on s’entend avec l’employeur sur des critères de personnalité pour les candidats. Il est primordial pour nous de nous rendre sur place pour bien comprendre la dynamique, l’ambiance et rencontrer les gestionnaires. Nous nous servons par la suite de notre méga base de données (qui compte plus de 20 000 candidats!) pour y entrer les champs de recherche.

Cette méthode nous permet de déterminer rapidement s’il y a des affinités entre le candidat et l’organisation cliente. Cette connaissance de l’entreprise, le postulant ne l’a souvent pas. De notre côté, on peut faire des recommandations éclairées, car nous connaissons bien les deux partis. C’est vraiment du gagnant-gagnant.  En plus de ça, nous allons faire de la chasse de tête directement sur LinkedIn et en appelons aussi à nos réseaux pour obtenir de bonnes références.

C’est important de savoir que les employeurs viennent souvent vers nous quand la qualité des applications reçues n’est pas à la hauteur de leurs attentes. Ils cherchent du talent actif. Des gens qui sont déjà épanouis professionnellement, mais à qui l’on peut offrir encore mieux. C’est pourquoi on encourage les professionnels à venir nous rencontrer sur une base exploratoire, et ce même s’ils ne sont pas en recherche d’emploi.

C’est de cette façon que nous avons rencontré les candidats qui sont dans notre base de données. Au fil des années, nous continuons de prendre de leurs nouvelles, ajustons leurs exigences salariales, leurs aspirations, etc.

Quelles sont les qualités d’un bon recruteur?

Chaque recruteur a son style. C’est quelque chose que l’on développe avec le temps. Naturellement, il est beaucoup question d’observation, d’empathie. C’est important de voir chaque personne que l’on rencontre comme une nouvelle relation que l’on bâtit.

Plus important encore que de savoir bien lire les gens, il est essentiel de rester aux faits de l’industrie dans laquelle on évolue et de s’adapter en même temps qu’elle. Par exemple, en ce moment, je lis énormément sur l’intelligence artificielle et sur comment elle influencera les métiers du marketing. Il faut avoir des yeux partout, savoir qui bouge où, qui fait quoi.

Un bon recruteur doit aussi bien comprendre en quoi consistent les types d’emplois à combler. Si on ne comprend pas la réalité de nos clients et les défis qu’ils rencontrent, ce sera très difficile de trouver le candidat qui va bien s’intégrer à l’entreprise.

Comment est-ce que l’on se prépare quand on va rencontrer un chasseur de têtes?

C’est vrai que nous travaillons quelques fois avec des employeurs confidentiels. Je sais que certains cabinets préfèrent également ne pas mentionner le nom de leur client lors du premier appel. Dans la grande majorité des cas par contre, nous sommes en mesure de divulguer le nom de notre client.

Entrevue Cynthia Joyal - poser des questions au recruteur

« Ce que je recommande, c’est que lorsqu’un recruteur vous appelle, posez-lui le plus de questions possible. »

Ce que je recommande, c’est que lorsqu’un recruteur vous appelle, posez-lui le plus de questions possible. Est-ce une grande entreprise? Dans quel secteur? Qui compose l’équipe? Il ne faut pas avoir peur de nous interroger. Ça ne nous insulte pas du tout!

S’il s’agit d’une entrevue exploratoire, je conseille au moins de délimiter les secteurs d’activité qui peuvent vous intéresser et d’établir vos attentes salariales. De plus, soyez en mesure de parler de vous. Sachez raconter votre histoire professionnelle. Autrement, c’est difficile de bien saisir qui vous êtes réellement.

Pour ce qui est de l’habillement, pas besoin d’y aller avec le complet-cravate. Un style plus urbain et décontracté fera l’affaire. L’important c’est de rester authentique et de laisser parler votre personnalité.

Quelle est la première chose que vous remarquez chez un candidat?

À compétences égales? Sa motivation, son dynamisme et son enthousiasme. Mis simplement, est-ce que tu shine? Pour un recruteur (et donc pour l’employeur), la personnalité est super importante. Les gens ont le goût de travailler avec des gens agréables. Ça ne veut pas dire de changer qui l’on est fondamentalement. Au contraire, c’est le moment de mettre en évidence les choses que les autres aiment ou remarquent chez vous. Celles qui vous représentent le mieux. Si vous ne savez pas c’est quoi, demandez-le à vos proches!

En résumé, le recruteur doit pouvoir se souvenir de toi. Il faut savoir créer un moment mémorable. Le meilleur truc, selon moi, reste l’humour. Comme le dit l’adage, un recruteur qui rit est un recruteur séduit!

Un conseil pour les gens gênés. Il y en a des postes pour vous, mais il faut tout de même faire un effort. Vous êtes en entrevue. Nous comprenons que cela peut être angoissant. C’est correct de parler de sa timidité, mais dès que le poste demande un certain niveau décisionnel, il faut être en mesure de passer à l’action. On passe beaucoup de temps de notre vie à développer nos aptitudes académiques ou professionnelles, mais on laisse souvent de côté celles qui concernent notre personnalité.  Pourquoi ne pas se lancer quelques défis?

Un peu de lecture? Découvrez ces 5 stéréotypes féminins qui nuisent à votre avancement professionnel

Est-ce que les chasseurs de têtes ne travaillent qu’avec des professionnels seniors?

Certains cabinets se concentrent sur les postes de haute direction seulement. Nous, nous préférons ne pas fermer de portes. Les choses vont parfois très vite dans une carrière. Un junior avec beaucoup de potentiel sera une denrée rare en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, surtout dans les métiers numériques! On invite donc tous les professionnels des communications, du marketing, du marketing digital, des RH et du développement des affaires à venir nous rencontrer. Mon conseil pour les candidats : peu importe à quelle étape de votre carrière vous en êtes, gardez toujours les yeux ouverts. Et surtout, n’hésitez à dire ce que vous cherchez!

Peux-tu nous nommer une qualité que beaucoup d’employeurs recherchent, mais à laquelle on ne pense pas nécessairement?

Entrevue avec Cynthia Joyal de la Tête Chercheuse - conseils

Les gens énergiques insufflent une ambiance positive dans un bureau.

L’énergie. La vie est devenue ultra rapide. Les domaines changent à la vitesse grand V. Les gens énergiques insufflent une ambiance positive dans un bureau. La débrouillardise est aussi un très grand atout.

Ce qui me fait penser à une recommandation que j’aimerais partager avec les chercheurs d’emploi. En entrevue, facilitez donc la job de votre recruteur. Donnez-lui des exemples concrets, des images sur lesquelles il peut se baser. N’expliquez pas simplement pourquoi l’autonomie est importante pour vous. Montrez-lui comment vous l’appliquez à votre vie. Les exemples n’ont pas besoin d’être tirés de votre profession. C’est possible de faire des liens avec qui vous êtes à l’extérieur du bureau.

Un dernier conseil avant de conclure?

Mon dernier conseil s’adresse aux personnes aux parcours atypiques. N’ayez pas peur de vous assumer. Vous êtes de plus en plus recherché! Vous avez le droit de ne pas être un spécialiste, dans la vie. C’est loin d’être mal vu. Il n’y a rien de mal à avoir touché à plusieurs secteurs, d’avoir exploré. Un exemple concret : nous cherchons quelqu’un pour un poste en communication, mais qui connaît très bien le commerce international. Ça ne se trouve pas chez un parcours en ligne droite, ça.

Je dirais même que plus vous avancerez dans votre carrière et grimperez les échelons, plus vous aurez besoin de connaître un peu de tout. Par contre, il faut être capable d’expliquer votre cheminement. Et aussi pourquoi vous voulez allez dans cette nouvelle direction. Il faut savoir se raconter.

Et enfin, petit conseil en bonus, ne sous-estimez pas votre profil LinkedIn! Osez l’optimiser au maximum, car nous sommes nombreux à prospecter sur cette plateforme. En continuant de travailler sur votre marque personnelle et de développer votre influence professionnelle, vous augmenterez vos chances de tomber dans l’œil d’un chasseur de têtes!

Notre experte
Cynthia Joyal, La Tête Chercheuse

Cynthia Joyal La Tête ChercheuseSurnommée Madame Rassembleuse, Cynthia Joyal a évolué dans plusieurs sphères des communications marketing depuis 12 ans. Voyage, publicité, véhicules récréatifs, vêtements de sports, éolien et municipal sont tous des secteurs dans lesquels elle a occupé des rôles 360 en marketing et en communications. Fille d’un conseiller en orientation qui lui a légué ses talents et sa passion pour l’humain et bachelière en Communication sociale, elle a toujours été attirée naturellement par le recrutement. Passionnée de sports et de plein air, elle vit sa vie pleinement avec une soif de découvrir et de foncer. Pour elle, « ce qui ne tue pas rend plus fort » (Friedrich Nietzsche) et elle va au bout de chaque projet en usant de stratégies créatives. Ayant une aptitude très développée pour la recherche, elle apprécie les mandats exigeants, rendant ainsi un service impeccable aux employeurs se sentant dépassés face au défi de recrutement.

Abonnez-vous à l’infolettre ou suivez Aime Ta Marque sur Facebook pour recevoir les dernières nouvelles.

Partager ce billet

À propos de l'auteure

Tatiana St-Louis

Facebook

Adepte de littérature russe et collectionneuse de lunettes de designer, Tatiana a fondé Aime Ta Marque pour donner des outils aux femmes de carrière et entrepreneures pour mieux raconter leur histoire personnelle. Spécialiste des communications-marketing basée à Montréal, elle s'implique au sein de plusieurs communautés visant au développement professionnel des femmes.

One Comment on “Entrevue avec Cynthia Joyal : une recruteuse professionnelle nous confie ses secrets”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *