Déménager au Ghana pour y travailler : mes trucs et conseils

déménager au Ghana

L’année dernière, j’ai passé quatre mois au Ghana à recueillir des données pour ma thèse. J’y suis tombée amoureuse des gens, de la nourriture et du potentiel du pays. Le sentiment de pouvoir contribuer au développement du pays m’a poussée à chercher et accepter un emploi dans ce pays. J’y travaille comme chercheuse dans un hôpital local depuis janvier.

Déménager dans un autre pays est une décision difficile. Cependant, cette opportunité peut apporter un niveau d’expérience professionnelle et de développement personnel que vous ne pouvez probablement pas gagner à la maison. En plus des changements majeurs à vos habitudes personnelles, vous vivrez des modifications importantes au sein de vos habitudes de travail.

Je n’ai pas passé par un processus d’accueil (« onboarding ») formel. Par contre, j’ai appris qu’une bonne compréhension de la culture de travail et l’exploration de votre environnement à l’extérieur de votre lieu de travail faciliteront votre intégration et vous permettront de répondre aux attentes.

Comprendre la culture de travail

travailler au ghana

N’hésitez pas à assister à des conférences et à participer à des événements sociaux.

Tout d’abord, prenez le temps de cartographier les différences et les similitudes entre votre nouveau poste et vos anciennes expériences de travail. Le premier élément que vous souhaiteriez obtenir est de l’informations sur les horaires de travail. Une chose des particularités dans mon lieu d’emploi est l’attente générale que la plupart des travailleurs restent jusqu’au départ de la présidente. Ceci est habituellement après qu’elle ait vu tous les patients.Par exemple, n’hésitez pas à assister à des conférences et à participer à des événements sociaux.

Par conséquent, si elle quitte plus tard, vous allez devoir reporter vos plans pour la soirée. Cela va à l’encontre du calendrier fixe traditionnel du 9 à 5 et nécessite une certaine période d’adaptation.

Deuxième conseil, familiarisez-vous avec vos supérieurs immédiats. Établissez une connexion avec votre gestionnaire et vérifiez ses attentes auprès de vous. Il est également important d’identifier les moments les plus opportuns pour vous rencontrer et les meilleurs moyens d’interagir ensemble. Je suis habituée à une approche plutôt décontractée dans les rapports avec mes superviseurs. Un contraste flagrant avec mon expérience actuelle!

Parmi d’autres choses à considérer, j’ajouterais de vous familiariser avec votre environnement de travail et avec les modes de communication de l’organisation. Quel est l’itinéraire le plus rapide à partir de la maison? Quel est le meilleur endroit pour manger? De plus, explorez les modes de communication qui permettent de recevoir les dernières nouvelles de l’entreprise et les activités à venir. Slack, Gmail et WhatsApp sont parmi les plus communes. Cependant, votre nouveau lieu de travail peut ne pas avoir une méthode formelle de communication. Dans ces cas, identifiez les leaders et abordez-les régulièrement pour connaître les activités à venir.

Croître à travers de nouvelles rencontres

En juillet, j’ai participé à une conférence tenue à Accra, la capitale du Ghana. Non seulement je m’y suis fait de nouveaux amis, mais j’ai également acquis différents outils et compétences que je peux appliquer dans mes projets au travail. Le lendemain, après avoir connecté avec mes nouvelles connaissances, ces contacts m’ont à leur tour relié à d’autres personnes et opportunités dans mon champ d’activité.

Ce qui me mène à vous encourager à vous impliquer dans diverses associations. Par exemple, n’hésitez pas à assister à des conférences et à participer à des événements sociaux. Cela facilitera la création de réseaux professionnels et personnels que vous pourrez ensuite utiliser à votre avantage. De plus, c’est un moyen efficace de rencontrer des gens. Car tenons-nous le pour dit, la solitude est une réalité avec laquelle de nombreux expatriés ont à faire face. Elle peut mener à un sentiment prenant de nostalgie et même être psychologiquement nocive. Parmi d’autres conséquences psychologiques, elle peut conduire à un épisode dépressif qui pourrait avoir un impact significatif sur votre performance professionnelle.

L’isolement peut constituer une réponse automatique alors que vous vous immergez lentement dans votre nouvel environnement. Cependant, il est préférable de sauter à pieds joints. La réalité est que, en tant que nouvelle collègue, vous n’êtes sur le radar de personne. C’est donc à vous de prendre l’initiative.

Chercher à vous améliorer

Afin de vous améliorer, la recherche, l’observation et l’écoute active sont vos outils les plus importants. Une recherche rapide sur Google ou simplement sur les réseaux sociaux peut vous faire découvrir un événement d’intérêt qui pourrait conduire à de bonnes connexions et à stimuler d’excellentes idées. Cherchez les clubs et associations locales réputées dans votre nouvelle région. L’un d’entre eux peut même être le «Rotary Club», qui bénéficie d’une portée internationale. Une autre idée serait de regarder du côté des espaces de coopération et centres d’innovation dans votre région. Vous pourrez rencontrer des entrepreneurs et des innovateurs. Pourquoi pas?

Changer ses repères et adopter un tout nouveau mode de fonctionnement est un exploit en soi. Après neuf mois, j’ai encore quelques difficultés à bien saisir la culture dans mon lieu de travail et à m’habituer à mon nouvel environnement. C’est une période d’apprentissage qui pourrait prendre plus de temps que prévu. Si vous envisagez de faire le saut, faites-le en sachant que vous ne pouvez pas atterrir doucement. Mais une chose est sûre, c’est que vous en ressortirez avec une meilleure compréhension de vous-même et de vos capacités.

Seriez-vous prête à aller travailler à l’étranger?

Abonnez-vous à l’infolettre ou suivez Aime Ta Marque sur Facebook pour recevoir les dernières nouvelles.

Partager ce billet

À propos de l'auteure
Rhonda Boateng

Rhonda Boateng

Facebook Twitter

Maîtrise en santé mondiale en main, Rhonda a déménagé au Ghana pour y travailler en tant que chercheuse dans un hôpital. Ayant souhaité être médecin pour la plupart de sa vie, elle est récemment tombée en amour avec l'analyse de données et apprend présentement le code afin de se lancer dans ce domaine. Elle aspire à combiner la politique, la recherche et la technologie pour catalyser une révolution dans la domaine de la santé sur le continent africain. Rhonda aime la lecture, les podcasts et les conférences. Comme elle parcourt les nombreux changements de sa vie, elle espère inspirer et habiliter les femmes à apporter les changements nécessaires dans leur propre vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *