Comment transformer un emploi que l’on déteste en opportunité d’avancement

Transformer un emploi détesté en opportunité

Vous avez déniché un emploi dans votre domaine qui semble correspondre à vos objectifs de carrière. Vous êtes très excité(e) de débuter, car vous avez hâte de présenter à vos supérieurs votre grande vision pour le poste. De plus, vous avez hâte de rencontrer de nouvelles personnes, de vous développer professionnellement et de vous démarquer auprès de votre patron.

S'inscrire à l'infolettre.Et puis, les semaines (et parfois les années) passent et vos lunettes roses s’assombrissent soudainement. Vos tâches sont devenues répétitives et ennuyeuses, vous avez un patron difficile avec des attentes irréalistes et la culture d’entreprise… quelle culture d’entreprise ? Vous ne voulez pas vous l’avouer, mais vous commencez à détester votre emploi. Et ça vous mine chaque jour un peu plus.

Vous vous en doutez sûrement, mais vous n’êtes certainement pas seul. En 2013, près de 7% de la population canadienne se disait insatisfaite de son travail. Cela correspond à près de 1,4 million de personnes au pays ! Aux États-Unis, la situation semble même beaucoup plus grave, avec seulement 31% qui se disent satisfaits !

Que ce soit à cause d’un patron difficile, de tâches ennuyeuses ou d’un environnement de travail nocif, détester son emploi peut avoir de graves conséquences. Celles-ci vont des difficultés interpersonnelles à une baisse de confiance en soi en passant par des problèmes de santé et psychologiques qui peuvent aller, dans certains cas, jusqu’à la dépression et le burn-out.

Mais il n’est pas nécessaire de s’alarmer. La bonne nouvelle, c’est que vous avez finalement pris conscience que vous n’êtes plus heureux dans votre emploi. Cette réalisation, aussi démotivante qu’elle puisse paraître aux premiers abords, peut vous donner la poussée nécessaire pour transformer ce coup dur en opportunité d’avancement de carrière inespéré.

Voici trois pistes à suivre pour réussir à transformer cette difficulté de parcours en occasion en or de propulser votre carrière à un tout autre niveau.

Entamez un travail d’introspection

Maintenant que vous avez identifié le bobo, vous savez où chercher la solution. La première chose à faire est naturellement de déterminer si le problème peut être réglé à même votre entreprise (modifications à votre horaire, transfert d’équipe ou même augmentation de salaire, qui sait).

Si rien n’y fait, il est définitivement temps de chercher un nouvel emploi. Mais attention! De peur que vous ne répétiez la situation, il est désormais nécessaire de vous poser les vraies questions. Est-ce votre emploi actuel qui vous déplaît, ou bien est-ce carrément votre choix de carrière ?

Voici quelques questions pour vous aiguiller dans cette recherche :Que voulez-vous vraiment?

  • Pour quelles raisons aviez-vous accepté ce poste de prime abord ?
  • Dressez la liste des avantages et inconvénients de votre emploi actuel
    Si possible, listez vos emplois précédents également, car il se pourrait que la source de votre malaise soit récurrente.
  • Y a-t-il des tâches dans lesquels vous vous sentez valorisé ? Quelles sont les aptitudes qu’elles requièrent de votre part ?
  • Où vous voyez-vous dans 5, 10, 15 ans? Qu’aimeriez-vous avoir accompli ?
    Cette question n’a pas besoin de se limiter à votre carrière. Si vous allouez une grande importance à votre vie de famille, il se peut qu’un emploi demandant un grand investissement de temps – tels qu’une carrière de médecin ou d’avocat – ne soit pas fait pour vous. De même, si votre niveau de tolérance au risque est relativement bas, évitez des emplois à potentiel de stress élevés.

Cette introspection vous permettra dêtre stratégique dans vos démarches à venir. Vous pourrez noter si vous devez simplement vous ajuster ou carrément modifier votre parcours de carrière.

Inscrivez-vous à des cours et à des formations pertinentes

Emploi que l'on déteste développement professionnelMême si vous décidez – que ce soit pour accumuler un certain temps en poste ou parce que votre situation financière ne vous le permet pas – d’attendre un peu avant de démissionner, il serait avisé de vous investir dans un complément de formation.

Si vous n’avez pas encore exprimé votre mécontentement pour le poste que vous occupez, demandez à votre supérieur ou au responsable des ressources humaines s’il existe des programmes ou des cours de développement professionnel au sein de votre entreprise.

Si votre employeur n’offre pas de tels avantages, identifiez les attributs les plus recherchés pour occuper votre emploi de rêve. De nos jours, vous pouvez trouver du contenu de très haute qualité en ligne sur des sites comme CourseraUdemy ou Lynda. La plupart des universités offrent aussi des programmes courts ou des cours techniques axés sur les demandes du marché du travail. Informez-vous.

Vous ajouterez ainsi des cordes à votre arc et augmenterez votre employabilité. De plus, suivre un cours ou une formation aura des avantages bénéfiques sur votre estime de vous. En plus, cela vous offrira une distraction de la routine nocive de votre day-to-day. Il n’est jamais trop tard pour s’instruire et se perfectionner.

Prenez le temps de cultiver votre réseau

Finalement, pour bien préparer le terrain pour votre recherche d’emploi imminente, prenez régulièrement du temps pour reconnecter avec votre réseau. Que ce soit par le biais d’anciens collègues, de mentors ou même d’amis, vous ne savez jamais qui sera la prochaine personne à vous présenter une opportunité à saisir ou de l’information pertinente par rapport à votre recherche d’emploi. Toujours en restant cordial et en évitant de paraître désespéré, bien entendu.

Enfin, ne sous-estimez pas vos relations secondaires. En effet, les sociologistes (M. Granovetter, N. Chauvac, O. Sharone, par exemple) se penchent depuis plusieurs années sur la valeur des liens faibles (weak ties). Cultivez vos réseaux, électroniques ou en personneLa théorie veut que par une plus grande distance d’avec vos relations, vous augmentez les chances de vous faire référer pour un emploi. En effet, l’une des raisons soulevées par Sandra Susan Smith de la University of California, Berkley serait que vos relations de premier niveau auraient davantage de réticence vous recommander, de peur qu’un mauvais match reflète mal sur leur crédibilité au sein de l’entreprise. Après tout, vos relations de premier niveau vous connaissent beaucoup mieux, y compris vos défauts !

Grâce à LinkedIn (et autres réseaux sociaux), vous pouvez facilement avoir accès à vos relations de deuxième et troisième niveau. En élargissant votre réseau et en y restant actif, vous augmentez donc vos chances de vous faire référer pour un emploi.

Trouver son job de rêve, c’est un peu comme chercher son âme sœur. Ça prend souvent du temps, plusieurs essais et surtout de la chance. Mais avec un peu de persévérance et une bonne connaissance de soi, vous augmentez exponentiellement vos chances de trouver une position qui correspondra à vos attentes et qui allégera le fameux blues du dimanche soir.

Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à l’infolettre ou suivez Aime Ta Marque sur Facebook!

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager ce billet

À propos de l'auteure

Tatiana St-Louis

Facebook

Adepte de littérature russe et collectionneuse de lunettes de designer, Tatiana a fondé Aime Ta Marque pour donner des outils aux femmes de carrière et entrepreneures pour mieux raconter leur histoire personnelle. Spécialiste des communications-marketing basée à Montréal, elle s'implique au sein de plusieurs communautés visant au développement professionnel des femmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *