8 trucs pour dénicher le poste de travail parfait à l’étranger

Avoir la « chance » de travailler de n’importe où, ça a son lot d’avantages. Avoir un lieu de travail flexible permet effectivement de travailler en voyageant. Mais attention, ce n’est pas aussi merveilleux que ça en a l’air! Instagram regorge de photos qui font bouillir d’envie quiconque a envie d’un peu d’exotisme. Pieds dans le sable, ordinateur portable sur les genoux et noix de coco à la main… Ces #digitalnomads donnent l’impression de n’avoir besoin que d’un Macbook pour gagner leur vie. Ils font aussi miroiter que c’est ça la façon de s’épanouir professionnellement!

Permettez-moi un peu de réalisme :

  • Premièrement, le sable et les appareils électroniques, ça a rarement fait bon ménage.
  • Deuxièmement, une plage avec un accès à un réseau wifi portable ou un réseau cellulaire fiable, c’est à la limite du surréaliste.
  • Troisièmement, un accès à une prise de courant n’est pas un luxe à négliger (à moins de n’avoir besoin que de travailler un maximum de 3 heures consécutives).
  • Et finalement, travailler au soleil semble vraiment énergisant, mais soyons honnête, ça fatigue les yeux plus qu’autre chose. En plus, je ne sais pas pour vous, mais quand je me trouve sur le bord de la plage, la dernière chose que j’ai envie de faire c’est bien de travailler!

Après avoir tenté de profiter de la vie glamour du travailleur nomade, niché dans un hamac bercé par le son des vagues, on se rend vite compte que ça ne marche pas comme ça. La productivité part vite jouer dans l’océan. Il faut donc se rendre à l’évidence. Afin de rentabiliser ses journées, il est préférable de dénicher le poste de travail parfait caché quelque part dans cette nouvelle ville/région/pays/continent inconnu que vous habitez momentanément. Pas facile, mais loin d’être impossible!

1. Chercher un espace de coworking ou de coliving

Même si les espaces de cotravail n’étaient qu’à leurs balbutiements il y a quelques années dans la Silicon Valley, ils pullulent désormais sur tous les continents. Suffit d’une petite recherche Google, et hop! on vient de dénicher un espace de travail ergonomique, un environnement propice à la concentration, un wifi rapide et peut-être même du café à volonté!

D’accord, ça, c’est la solution facile. Si le budget n’est pas trop serré et que l’on se retrouve dans une grande ville, ce pourrait être une solution à long terme. Dans la plupart des cas cependant, il vous faudra vite trouver une solution de rechange.

2. Utiliser l’application Workfrom.co

J’ai découvert Workfrom.co (c’est aussi une application mobile!) alors que j’étais à New York. J’ai tout de suite regretté de ne pas l’avoir connu plus tôt! Cette plateforme permet de trouver un endroit à proximité pour travailler. Les emplacements sont notés selon une panoplie de critères comme le nombre de places assises, la vitesse du wifi, l’accès à des prises de courant ou le volume du son ambiant. On y liste plusieurs cafés, mais aussi des endroits publics comme des musées ou privés comme des lieux de coworking.

Encore là, c’est pratique pour les voyages en ville, mais pratiquement inutile lorsque l’on se trouve loin d’un grand centre.

3. S’assurer que l’endroit où on loge possède une bonne connexion à Internet

Travailler en voyageant dans un café

Lorsqu’il est impossible de travailler de « chez soi » faute d’avoir accès à une bonne connexion Internet, non seulement le budget relié à la nourriture explose, mais il devient presque impossible de gérer les urgences professionnelles.

Je trouvais intenses les voyageurs ayant demandé en avance à leur hôte AirBnb de faire un test de vitesse pour prouver que le wifi était suffisamment rapide. Mais après avoir moi-même été confrontée à une connexion pourrie, je peux aujourd’hui mieux les comprendre. Lorsqu’il est impossible de travailler de « chez soi » faute d’avoir accès à une bonne connexion Internet, non seulement le budget relié à la nourriture explose, mais il devient presque impossible de gérer les urgences professionnelles. Personnellement, j’utilise un VoIP comme ligne téléphonique lorsque je suis en dehors du Canada, car sans Internet, impossible de me rejoindre.

Peut-être êtes-vous pareilles, mais dans mon cas le soir est souvent mon moment pour les réseaux sociaux, les appels avec la famille ou encore une séance Netflix. Sans Internet, c’est bien aussi, car je peux déconnecter. Le résultat pourtant est plutôt de repousser ce moment au lendemain matin. Conséquence : au lieu de travailler sur des projets, je prends un peu plus de temps pour faire un tour sur Facebook. Caprice? Peut-être, mais tout de même une réalité à prendre en compte!

4. Privilégier les longues escales lors des déplacements

Pas avoir de bureau ça veut aussi dire devoir travailler dans le train. 🚂 💻

A post shared by Alexanne (@alexannelap) on

J’ai longtemps sous-estimé les gares et les aéroports pour travailler en voyageant. En effet, plusieurs aérogares offrent le wifi gratuit (mais attention, pas toutes! Renseignez-vous!) et disposent de postes de travail destinés à leur clientèle professionnelle.
Lorsque je réserve un vol qui tombe en plein milieu d’une semaine de travail (ce qui arrive régulièrement puisque c’est souvent moins cher), je ne privilégie pas nécessairement le trajet le plus court. En effet, cela veut souvent dire que je dois sacrifier une journée de boulot complète. Je préfère de loin avoir une escale en plein jour pour pouvoir bosser pendant quelques heures plutôt que de les « gaspiller » dans les airs.

Advenant le cas où vous ayez plusieurs heures à tuer avant votre prochain vol et que l’aéroport d’où vous partez n’est pas un si bon endroit pour faire avancer vos projets, rien ne vous empêche de chercher le Starbucks le plus près et de vous y rendre par vos propres moyens!

5. Travailler chez d’autres gens

Je l’admets que cela peut avoir l’air étrange. En gros, on parle ici d’un échange de services : quelqu’un pourrait vous proposer d’utiliser son appartement pendant son absence en échange d’un petit travail qui lui rendrait la vie plus facile.

Par exemple, j’adore Trusted House Sitters, que j’utilise le plus souvent possible. Il s’agit de gens qui permettent à des étrangers d’habiter chez eux à condition de s’occuper de leurs animaux et d’entretenir la maison. Testé et approuvé! Les seuls inconvénients : il faut aimer les animaux et il faut être très flexible. Si on a trop de critères de dates et d’endroits, les chances de trouver un match parfait se font rares.

Vous serez sûrement intéressés par les trucs d’Alexanne pour Briser l’isolement lorsqu’on travaille de la maison.

6. Rechercher les campus universitaires

Les universités offrent souvent à leurs étudiants des endroits confortables pour étudier ainsi qu’une connexion Internet gratuite. Pourquoi ne pas en profiter? Les campus universitaires sont ouverts à tous et il est tout à fait légal de s’y installer pour quelques heures. Avec la bibliothèque – plus tranquille pour ceux qui ont besoin de concentration – et les espaces communs – plus vivants pour ceux qui cherchent la créativité – impossible de ne pas y trouver son compte!

7. Profiter des lobbys d’hôtels

Tarvailler en voyageant - lobbys d'hôtels

Ce fut une découverte tout à fait accidentelle, mais j’ai réalisé que les lobbys d’hôtels peuvent être des endroits parfaits pour un moment de tranquillité productive.

Ce fut une découverte tout à fait accidentelle, mais j’ai réalisé que les lobbys d’hôtels peuvent être des endroits parfaits pour un moment de tranquillité productive. Souvent munis de gros fauteuils confortables, de prises électriques et de wifi gratuit, les hôtels sont équipés pour satisfaire une clientèle professionnelle souvent nomade. Le personnel ne s’oppose généralement pas à ce qu’un visiteur travaille sur son ordinateur, tranquille dans son coin.

8. Utiliser le filtre « Voyage d’affaires » d’AirBnb

L’an dernier, AirBnb a annoncé un nouveau filtre pour les travailleurs en déplacement : le logement pour voyage d’affaires. Les propriétés qui se méritent cette catégorie doivent disposer entre autres d’un wifi rapide, d’un accès aux lieux 24h/24 et d’un espace pour ordinateur portable. À essayer!

Travailler les deux pieds dans le sable, ce n’est peut-être pas l’idéal. Il faut mettre un un peu plus d’efforts pour trouver un endroit parfait pour compléter ces quelques heures facturables quand on n’a pas de bureau fixe. C’est sans doute l’un des désavantages d’être une professionnelle nomade, mais je suis prête à faire ce sacrifice pour bénéficier de ce que tout le reste a à offrir!

Abonnez-vous à l’infolettre ou suivez Aime Ta Marque sur Facebook pour recevoir les dernières nouvelles.

Partager ce billet

À propos de l'auteure
Alexanne Laplante

Alexanne Laplante

Facebook

Bachelière en communication réorientée vers l'intégration Web, Alexanne a récemment renoncé au 9 à 5 et à la vie d'agence pour faire le grand saut dans l'entrepreneuriat. Sa motivation? Pouvoir travailler de partout dans le monde et de pouvoir sauter dans une avion quand bon lui semble. Végétarienne affirmée, fanatique des chats et amoureuse des bonnes bières, elle aimerait pouvoir avoir plus de temps dans une journée à consacrer à ses 1000 projets.

One Comment on “8 trucs pour dénicher le poste de travail parfait à l’étranger”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *